Replay du lundi 24 février 2020

1979, l'université devient autonome et le carnaval de Perpignan est sauvé. Ah oui on parle aussi chanson

Trois bonnes nouvelles fin février 1979. L'université change de dimension, le carnaval de Perpignan renait et les pêcheurs de Port-Vendres ont de nouvelles halles. Côté culture, un auteur compositeur interprète monté à Paris se produit au pays natal.

Avant sa renaissance en 1979, le carnaval de Perpignan s'était ça !
Avant sa renaissance en 1979, le carnaval de Perpignan s'était ça ! - Archives municipales de Perpignan Camille Fourquet
L'affiche du carnaval perpignanais de 1979
L'affiche du carnaval perpignanais de 1979

C’est la fin du mois de février 1979 et une institution qui a bien failli disparaître s’annonce. Le carnaval de Perpignan est sauvé. Grâce au comité partiellement renouvelé, le roi Enaiguat 1er va pouvoir s’enflammer le 28 février. Depuis trois ans le carnaval est en sommeil à Perpignan et, mauvaise nouvelle supplémentaire, le local où sont entreposées les plateformes des chars a été vandalisé en novembre 1978. La cavalcade n’aura pas lieu sur les quais de la Basse, mais sera remplacée par une fête sur la dalle Arago. Pour drainer le plus de jeunes possible, la compagnie de transport de Perpignan offre la gratuité aux moins de 13 ans. Malheureusement, l’institution disparaîtra finalement en 2001 et, depuis, le roi reste dans les cartons.

A la fin des années 1970, le campus universitaire n'est pas encore très développé
A la fin des années 1970, le campus universitaire n'est pas encore très développé - Archives municipales de Perpignan Camille Fourquet

Autre bonne nouvelle de cette fin février 1979, le centre universitaire devient enfin université autonome. L’histoire universitaire de Perpignan n’est pourtant pas récente. Elle remonte, excusez du peu à 1350 quand le roi d’Aragon fonde la première université de Perpignan. Un privilège dont elle bénéficiera durant 439 ans. C’est le Premier ministre, Raymond Barre, qui apprend la bonne nouvelle au maire Paul Alduy. La décision  paraîtra au Journal officiel  tout début mars 1979. « Ce sera une université qui aura intérêt à s’axer vers les formations originales qui ne sont pas répandues », encourage alors Madame Saunier-Seité, ministre des Universités.

Le bâtiment de la présidence de l'université
Le bâtiment de la présidence de l'université - Archives municipales de Perpignan Camille Fourquet

Encore une bonne nouvelle. Situées sur l’anse Gerbal, les nouvelles halles aux poissons de Port-Vendres sont inaugurées le 22 février 1979. Dans le courant de l’année, la criée électronique sera mise en service. A cette époque, Port-Vendres compte 15 bateaux en activité qui rapportent chaque année 1000 tonnes de poisson pour un chiffre d’affaires de 8,5 millions de francs (1,3 million d’euros). Le maire Jean-Jacques Vila qualifie les 2000 m² de halles comme « le symbole du redécollage économique des activités traditionnelles de la ville. »

Les nouvelles halles aux poissons
Les nouvelles halles aux poissons

Dans la nuit du vendredi 23 au samedi 24 février, on a frôlé le drame à Porté-Puymorens. Une famille de six Albigeois se retrouve prisonnière de la tempête qui s’abat sur les hauts cantons après une avarie sur leur voiture. Ils ne sont qu’à deux cents mètres de l’hôtel du Col mais l’intensité des chutes de neige ne leur permet pas de le savoir. Il y a parmi eux une petite fille dont les cris vont finir par alerter un couple. A leur suite, une dizaine d’autres naufragés trouveront refuge dans l’hôtel. Son directeur, M. Lafargue, prévient la gendarmerie de Latour de Carol. Les autorités tout aussi surprises que les automobilistes avaient laissé la route ouverte. Les gendarmes récupèrent onze personnes supplémentaires sur la route. Entre 18h et 2h30 du matin ce sont plus d’une vingtaine de naufragés qui trouveront refuge à l’hôtel. Engelures, fatigue, frayeur sont à déplorer, mais heureusement aucun mort.

Antoine Candélas à la MJC de Thuir quelques années avant d'y revenir en 1979. Merci à Serge Llado pour ce cliché et le lien vidéo
Antoine Candélas à la MJC de Thuir quelques années avant d'y revenir en 1979. Merci à Serge Llado pour ce cliché et le lien vidéo

Fin février 1979 enfin, Antoine Candélas se produit à Thuir. Cet instituteur banyulenc perpétue la tradition de la chanson française à texte. Il manie tour à tour l’ironie, la tendresse, la revendication. Pour ce concert à Thuir, malheureusement, le public se fait rare, mais son talent et son répertoire il les a déjà exportés à Paris où il a rencontré un beau succès critique, participant entre autres au Club du Lundi sur TF1.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix