País Català, l'invité

Du lundi au vendredi à 12h48

Depuis 1962, de nombreux rapatriés d'Algérie sont établis dans les P.-0. (ici arrivée à Marseille)
Depuis 1962, de nombreux rapatriés d'Algérie sont établis dans les P.-0. (ici arrivée à Marseille) © Maxppp - BEP/LA PROVENCE

Barrage, Usap, rapatriés, Cerdan. Costaude la troisième semaine d'octobre 1977 !

Diffusion du lundi 14 octobre 2019 Durée : 2min

Protéger les P.-O. contre les inondations, aider les rapatriés d'Algérie, des dossiers lourds en octobre 1977. Heureusement, plus léger, il y a le sport : l'USAP et Cerdan.

En cette mi-octobre 1977, le département se prépare à un événement d’importance. Un événement dont débat longuement le conseil général alors présidé par Guy Malé : la mise en eau du barrage de Vinça et de la retenue d’eau de Villeneuve de la Raho. Elle doit avoir lieu fin octobre et a nécessité des années d’efforts et de palabres. Léon-Jean Grégory, le précédent président du département est remercié unanimement. Le barrage de Vinça peut alors stocker 24 millions de m³ d’eau. Il ne sera en eau qu’en février 1978. Les élus se posent alors la question de la suite de la protection du département contre les crues et notamment l’Agly. Le conseil général du canton de Saint-Paul-de-Fenouillet, Pierre Estève, plaide fortement pour ce futur barrage qui retiendra 60 millions de m³ d’eau. Il aura le temps de le voir. Car Pierre Estève sera élu conseiller général sans discontinuer de 1973 à 2015. 42 ans de mandat !

Terminé en 1977, le barrage de Vinça sera mis en eau en 1978 - Aucun(e)
Terminé en 1977, le barrage de Vinça sera mis en eau en 1978 - Capture Google Earth

Le lendemain, dimanche 16 octobre, c’est jour de rugby. L’USAP bat Brive à Aimé Giral (29 à 9) Izquierdo, Porical et Imbernom ont été les fers de lance de se succès qui place l’USAP en tête de la poule B du Groupe 1 à égalité de points avec Toulon. Le championnat à l’époque c’est 2 groupes de 5 poules de 8 clubs. Faites le calcul, on est loin du Top 14. Allez je le fais pour vous le calcul ça fait 80 clubs !

Moins sportif, quoi que… une semaine avant sa venue à Perpignan, Jacques Dominati, secrétaire d’État aux rapatriés, s’exprime. C’est qu’entre les pieds noirs et les harkis présents sur le sol catalan depuis 1962, la question du dédommagement des rapatriés après l’indépendance algérienne est toujours vive. En jeu, le projet de loi d’indemnisation qui sera débattu au conseil des ministres fin octobre 1977. La visite du secrétaire d’État est un vrai test car, dit Jacques Dominati, « si au gouvernent je suis l’avocat des rapatriés, il me faut obtenir de ceux pour qui je me bats un minimum d’approbation afin que je puisse continuer mon effort. » De la politique, de la diplomatie et des chiffres : le plan prévoit 30 milliards de francs (4,6 millions d’euros) en tout, 500 000 francs maximum par foyer (76 000 euros) et 94 % des rapatriés indemnisés.

Dernier match de Marcel Cerdan Junior en 1972. Il perd aux points contre Robert Gallois pour le titre de champion de France - Maxppp
Dernier match de Marcel Cerdan Junior en 1972. Il perd aux points contre Robert Gallois pour le titre de champion de France © Maxppp - Keystone Pictures USA

Retour au sport et aux rapatriés. Marcel Cerdan Junior vient rendre visite à ses amis du ROC (Ring Olympique Catalan), Jean Biosca et Jacques Rovira. Durant une heure, il prodigue ses conseils aux jeunes boxeurs émerveillés et enfile même les gants pour deux rounds de 2 minutes. Commentaire du fils du « bombardier marocain » sur la salle située au stade Aimé Giral : « C’est une salle très confortable. Avec de tels équipements, vous devriez avoir plusieurs champions de France. »  Sage parole lui qui échoua aux points en 1972 contre Robert Gallois.  Rappelons que son père Marcel Cerdan, champion du monde 1948, repose aujourd’hui au cimetière sud de Perpignan où sa dépouille a été transférée en octobre 1995.

Un bref résumé de la vie de papa Cerdan