País Català, l'invité

Du lundi au vendredi à 12h48

Le MO5 était une des fiertés françaises.
Le MO5 était une des fiertés françaises. - © ordinosaures.fr

Du plan "Informatique pour tous" au championnat de France de conduite de tracteur, petit détour par 1985

Diffusion du lundi 9 septembre 2019 Durée : 3min

L'informatique prend une grande place dans l'actualité de la rentrée 1985. Tout le monde s'y met : les écoles, les mairies et les œnologues. Pendant ce temps, tranquillement, le tracteur se fait une place dans les vignes catalanes.

Le mot à la mode à la rentrée 1985, c’est incontestablement In-For-Ma-Tique ! C’est que nous sommes en plein plan national « Informatique pour Tous ». Le jeudi 12 septembre 1985, se déroule donc une grande réunion d’information au palais des Congrès de Perpignan où l’on apprend que 139 micro ordinateurs familiaux (c’est comme ça qu’on dit à l’époque) sont d’ores et déjà implantés dans les écoles.

Bien plus rural mais tout aussi impliquée, la mairie de Saint-Laurent de Cerdans communique haut et fort sur sa modernisation et sur les deux jours de formation des agents municipaux sur les ordinateurs.

La mairie de Saint-Laurent de Cerdans ne veut pas louper le train de l'informatique - Aucun(e)
La mairie de Saint-Laurent de Cerdans ne veut pas louper le train de l'informatique - Capture Google

L’informatique fait aussi son entrée dans le monde du vin. Hééééé oui ! C’est l’Institut coopératif du vin, situé avenue de Grande-Bretagne à Perpignan, qui s’équipe. Son directeur Marcel Rouillé explique : « 250 échantillons sont analysés chaque jour et les résultats sont communiqués aux caves dès le lendemain. » Le directeur est enthousiaste : « Une analyse ne prend que 5 à 10 minutes ! »  

Informatique, c’est décidément le lien qui unit les actualités locales dans les P.-O. en cette deuxième semaine de septembre 1985. Depuis plusieurs jours, les incendies se multiplient dans le département. Salses, Canet, Laroque-des-Albères, Le Boulou. Quel rapport me direz vous entre le feu et l’informatique ? Eh bien l’incendiaire malheureusement. C’est un jeune homme de 32 ans, informaticien au chômage qui est interpellé le week-end du 14 septembre. Il reconnaît avoir allumé 11 incendies entre le 26 mai et le 9 septembre 1985. Inutile de vous dire qu’il est présenté au parquet de Perpignan avant d’être écroué.

A l’époque les élus locaux ne s’embarrassent pas de circonvolutions dans leurs discours face à la multiplication des incendies. Sébastien Martinez, le maire de Laroque-des-Albères, s’emporte après la vague d’incendies : « Je me demande si ce ne sont pas des chasseurs jaloux des tableaux réalisés sur notre commune ! » On en rigole, mais ce qui est moins drôle ce sont les moyens dont dispose la commune de Laroque pour lutter contre le feu à l’époque : « Nous avons une cuve de 1000 litres remorquée par un tracteur. » Ça fait pas lourd.

Estagel accueille en 1985 le championnat de France de conduite de tracteur - Aucun(e)
Estagel accueille en 1985 le championnat de France de conduite de tracteur - capture Google

Allez on termine sur une note plus cool avec la finale du championnat de France de conducteur de tracteur qui s’est déroulée le samedi 7 septembre 1985 à Estagel. Le classement est anecdotique… surtout parce que l’équipe catalane n’a pas franchi les éliminatoires. C’est le département des Côtes du Nord (Eh oui c’est encore le nom des Côtes d’Armor jusqu’en 1990) qui l’emporte. Claude Parra, vigneron à Estagel, explique que le tracteur a débarqué dans les vignes catalanes il y a 15 ans à peine (en 1970 donc).  Un tracteur d’occase coûte près de 200 000 Francs ( soit 30 500 euros). Claude, notre viticulteur, prend du plaisir à piloter, oui à piloter, son tracteur. « Ce n’est pas évident le plaisir de la vitesse, car il ne dépasse pas 25 km/h, mais lorsqu’on roule à 10 km/h dans une vigne, on saute énormément. A ce moment-là, cela peut paraître bizarre, on éprouve vraiment une sensation de vitesse. »

Je n’ai besoin de personne en Massey Ferguson...