Replay du dimanche 31 janvier 2021

La plus belle histoire d'amour des parisiens : leurs bistrots

A l’origine, durant la Révolution industrielle, les bistrots sont des petits cafés qui ne payent pas de mine. Aménagés autour d’un bar en zinc et de quelques tables recouvertes de nappes vichy, ce sont des lieux de passage dans lesquels on vient pour se rincer le gosier et casser la croûte pas cher

Le quartier de la Sorbonne et ses bistrots
Le quartier de la Sorbonne et ses bistrots © Getty

Certains pensent que le mot vient de « bistrAUD » qui, en poitevin, désigne un marchand de vin. D’autres l’assimilent à « bistouille » utilisé pour parler d’un café à l’eau-de-vie, dans le nord de la France. Ou bien encore à l’argot « bistingo » signifiant « cabaret ». Bref, pour résumer….

On en sait rien !

Mais ce que l’on sait en revanche, c’est qu’au XXème siècle, les bistrots deviennent le fantasme de la vie parisienne. Robert Doisneau y saisit de magnifiques instants. Charles Trenet le sait visiblement très bien pour y avoir trainé ses guêtres ! L’ambiance y est toujours populaire. On y ripaille avec gouaille. On s’y fait des gueuletons avec des potos et on s’y pinte (quitte à se comporter ensuite de manière un peu cavalière). Doisneau a visiblement oublié de photographier ces scènes, préférant des moments plus sensuels.

Et à quoi ressemblent ces « potos » qui se comportent de manière cavalière ?

Il n'y a pas de profil type. Y a du monde et ça se bouscule au portillon ! Alors aujourd’hui, on en va pas se voiler les mirettes. L’atmosphère populaire semble avoir disparue.

Le Covid est passé par là…

Oui, mais pas que ! Le Procope, le café de Flore, les Deux Magots…Ils se sont tous embourgeoisés. Pour autant, les parisiens continuent de s’y presser pour papillonner et roucouler. Avec qui ? Et bien avec les bistrots eux-mêmes. Car finalement, notre histoire d’amour est bien avec eux. Nous avons dû prendre nos distances avec cette pandémie, mais il est certain que nous convolerons de nouveau ensemble dès leur réouverture prochaine.

Mots clés: