Replay du dimanche 23 mai 2021

"Rue qui pue" et bobos aux bourses bien pleines : c'est la rue Mouffetard

- Mis à jour le

De quoi casser un cliché en quelques secondes...

Place de la Contrescarpe
Place de la Contrescarpe © Getty

Ségolène : Si tous les chemins mènent à Rome, la rue Mouffetard en est le parfait exemple !

Oui, car la légende veut qu’il y a fort fort longtemps, elle menait directement à Rome en passant par Lyon. Depuis, on lui a un peu raccourci le jabot, puisqu’elle ne fait plus que 650 mètres. C’est plus les mêmes proportions, mais ça reste honorable !!!

Alors dites-nous d’où vient ce drôle de nom ?

Mais oui, ma moufflette ! Mouffetard vient du terme “mouffette”, qui signifie simplement “puer”. Et oui ! Quand je me rends dans la rue Mouffetard pour roucouler le Samedi soir, et bien je roucoule tout bonnement dans la “rue qui pue”. Qui daube ! Qui sent pas bon !

Alors, je sais à quoi vous êtes en train de penser. Vous vous demandez surtout quelle est l’origine de cette odeur fétide !?!

Tout à fait, Nans ! Quel est l’origine de cette odeur fétide ?

Bah ça dépend ! On peut mettre la faute sur le passage de la Bièvre. Véritable fosse septique à ciel ouvert, le fleuve a longtemps pollué la rue de ses effluves nauséabonds. D’ailleurs, il a été un refuge à mouffettes, ces animaux sentant le raton laveur coincé dans une canalisation. Coïncidence ? Je ne crois pas ! Mais il faut savoir que la rue Mouffetard a aussi été historiquement le QG des tanneurs, des bouchers et des écorcheurs... ne dégageant pas forcément les odeurs les plus appréciables.

Bon et aujourd’hui ? L’odeur a disparu ?

L’ambiance s’est nettement améliorée.  C’est dans cette rue qu’Amélie Poulain voit son destin basculer. On s’y rend principalement pour festoyer et y laisser nos deniers sur les nombreux étals de marché ou dans les cafés de la Place de la Contrescarpe. Si bien que la rue Mouffetard est passée du statut d’endroit malfamé, à celui d’un des lieux les cools de la capitale pour jeunes bobos ayant les bourses bien pleines. 

Mots clés: