Replay du dimanche 24 janvier 2021

Quand on a que l'amour... bah, on construit un mur !

Grand romantique devant l'éternel, Nans Dissoubray vous emmène au pied du Mur des Je t'aime.

Le Mur des Je t'aime
Le Mur des Je t'aime © Getty

Quel écolier n'a pas gravé à la mine de son compas, sur son pupitre, le prénom de son premier amour ?

Ou quelle adolescente n'a pas livré à la pierre d'un mur de son quartier, le secret d'un "Je t'aime"? Et bien les artistes Frédéric Baron et Claire Kito ont fait de leurs souvenirs de jeunesse une œuvre d’art, place des Abbesses, en créant le « Mur des Je t’aime »

Avec ses 40m2 de déclarations d’amour venues du monde entier, cette fresque est une jolie toile de fond pour exprimer sa tendresse à sa moitié. 

Plus de 311 façons de dire « je t’aime », dans plus de 250 langues différentes…on s’aperçoit que Cupidon manie la langue comme personne. Il baratine en anglais, le saligaud, en espagnol et en allemand. Mais il le fait tout aussi bien en basque, en catalan, en kurde et en yiddish. Les Beatles ont bien raison ! Tout ce dont nous avons besoin, c’est d’amour. Et, pour donner un coup de pousse à notre petit dieu de l’amour, aux fesses rondelettes et à l’arc bien bandé, d’un petit mur !

Ha non, hein, pas de mur !

Et si ! Je ne vous parle pas d’un bloc de béton enroulé dans du fil barbelé, façon Mur de Berlin. Je vous parle d’un mur…d’un petit mur…d’un muret de 612 carreaux en lave émaillée. Chauds comme la braise, les éclats de couleur sur la fresque représentent les morceaux d’un cœur brisé. Celui d’une humanité qui trop souvent se déchire et que LE mur tente de rassembler.

Pari tenu ?

Et pas qu’un peu ! Eros y a veillé ! En y incrustant des « je t’aime » écrits à la main, glanés aux terrasses des cafés, les tourtereaux de Paname ne peuvent que bruler face à autant de sensualité. Mais si vous y allez, faites attention, Ségolène ! Face à une beau specimen comme vous qui me lisez, Cupidon risque bien de s’enflammer et de faire du tir à la pigeonne avec ses flèches. Il ne s’agirait tout de même pas de tomber amoureux de n’importe qui. 

Mots clés: