Replay du samedi 10 avril 2021

Surnommée “belle avenue du monde”, les Champs Elysées nous rappelle la mythologie romaine

Des terrains marécageux nauséabonds dans lesquels on s’enfonce jusqu’à la culotte… C’est une belle description des Champs-Elysées, il y a quatre siècles.

L'avenue des Champs Elysées
L'avenue des Champs Elysées © Getty - Stephane Cardinale - Corbis

En 1670, le padre de Versailles, le parrain de la monarchie, Louis XIV, demande à son sbire Le Nôtre d’aménager cette zone qui fait un peu tâche dans le décor de Paname.  

Ni une ni deux, le jardinier du roi enfourche sa pelle et son râteau et trace, dans le prolongement des Tuileries, une grande allée bordée d’arbres et de pelouses.  

Mais c’est en 1765, que Louis XV commence à jouer au Monopoly et y construit des bâtiments. Malheureusement, malgré tous ces investissements, l’avenue reste mal aimée.  

Pourquoi ? A cause de sa population de bandits, de filous et de femmes à la jambe légère qui fait fuir la bourgeoisie.  

Arrive alors la Révolution Française 

C’est par cette avenue que l’on ramène par la peau des fesses le roi après sa fuite à Varennes. Les gargotes sont fermées et sont remplacées par des restaurants et des cafés luxueux.  

Comme dans “Paris brûle-t-il ?”, les Champs-Elysées deviennent enfin une élégante promenade qui permet d’aller prendre le frais à Longchamp. C’est à qui aura le plus beau costume, la plus belle robe, la plus grosse…Enfin, vous avez compris l’idée !!!

Lors du Second Empire, les immeubles et hôtels particuliers poussent comme des champignons et permettent à l’avenue de briller de mille feux jusqu’à la fin du XXe siècle.  

Enfin maintenant, on y trouve surtout des Burger King et des Mcdo. Ça sent bon la friture et la mondialisation à plein nez. Mais puisque vous en avez plein le pif, levez-le pour admirer les magnifiques façades qui s’y trouvent toujours.    

Mots clés: