Toutes les émissions

Paris Psy

Du lundi au vendredi à 09h45

rancune
rancune © Getty - PhotoAlto Eric Audras

Comment lâcher sa rancune ?

Diffusion du lundi 5 novembre 2018 Durée : 3min

Alain de Chelles nous pose la question suivante : « J’en veux à un de mes frères depuis des années, à la suite d’une histoire de famille. Cela me pèse. Mes proches me disent que je suis trop rancunier, et que j’ai tort de conserver ce sentiment. Comment est ce que je pourrais faire pour lâcher cette rancune ? »

Pourquoi est-ce que c’est ennuyeux de rester dans la rancune ?

D’abord parce que ça ne résout rien à la situation, ça ne permet pas d’avancer, et puis ça affecte surtout celui ou celle qui vit dans la rancune. Pour employer une image, je dis souvent que rester dans la rancune envers quelqu’un, c’est comme boire un peu de poison tous les jours, et espérer que c’est l’autre qui en mourra.

Ce n’est évidemment pas constructif, c’est pénible pour soi, comme ça peut le devenir parfois aussi pour l’entourage direct. La rancune c’est quoi ? La rancune, c’est un sentiment toxique, tenace ( on peut rester dans la rancune pendant des années ) qui est fait de colère, de frustration, parfois de tristesse. La personne rancunière garde en elle l’espoir d’une vengeance mais qui ne sera jamais vraiment exprimée.

Alors comment est ce qu’on peut être amené à ressentir de la rancune ? Au départ, il y a un événement vécu comme injuste ou insupportable. C’est ce que nous dit notre auditeur : il n’a pas pu ou pas su exprimer son mécontentement ou alors ce mécontentement n’a pas été pris en compte.La personne se bloque alors sur cet événement, et elle ressasse des pensées négatives, en espérant un jour une réparation ou à défaut une vengeance.

Tout çà finit par entraîner du stress, des troubles anxieux, des troubles du sommeil, et ça peut même aller jusqu’à de la dépression. Ça vaut donc la peine de se libérer de cette colère qui est restée bloquée à l’intérieur de soi, pour récupérer de l’énergie positive et du bien être. 

Mais ce travail sur soi demande de prendre du recul,  de pouvoir exprimer son ressenti en étant reconnu dans sa douleur. Et donc, il est parfois utile de faire appel à un professionnel, surtout si  cette rancune est très ancienne et très tenace.

Mais concrètement, est ce que Jacques notre auditeur pourrait faire quelque chose lui même pour commencer à lâcher sa rancune ?

Bien sur, avant de décider d’aller consulter un professionnel, vous pouvez faire un travail par vous même si vous voulez vous libérer de votre rancune. Ce qui va vous aider, c’est déjà de comprendre que vous allez le faire pour vous et pas pour celui à qui vous en voulez. Il y a souvent une confusion pour les gens rancuniers : ils pensent qu’en se libérant de leur rancune, c’est comme s’ils oubliaient ce qui s’est passé et qu’ils pardonnaient facilement à celui qui les a blessés. Et c’est cette idée qui les empêche d’entamer la démarche.

Pour cela, vous allez revenir sur ce qui vous a fâché de la façon suivante. Ecrivez une lettre dans laquelle vous détaillez les raisons de votre colère. Exprimez ce qui vous a semblé injuste, dites le préjudice quevous avez vécu. Et revenez le plus possible aux faits.

Par exemple : dites « Voilà ce que tu avais fait, voilà ce qui s’est passé, et voilà comment je l’ai vécu. Je me suis senti blessé ou attaqué pour telle et telle raison. » Cette lettre va vous aider à extérioriser ce que vous conservez en vous depuis longtemps. Attendez quelques jours, relisez la lettre. Et avec ce recul, mesurez si vous êtes prêt à lâcher prise. Si c’est oui, demandez vous ce que vous avez compris grâce à cette expérience.  Et voyez si vous avez envie de reparler avec la personne concernée. Il n’y a pas d’obligation à le faire. Mais ça peut se trouver.

Si vous sentez que la rancune est encore trop présente malgré le recul, faites appel à un thérapeute. Vous avez sans doute besoin de mettre d’autres éléments à jour. Mais rappelez vous : se libérer de la rancune,c’est guérir une blessure passée qui sinon n’en finit pas d’occuper votre présent.