Toutes les émissions

Paris Psy

Du lundi au vendredi à 09h45

débordée
débordée © Getty - Jessica Peterson

Je déteste demander de l'aide

Diffusion du vendredi 5 octobre 2018 Durée : 2min

Christian de Paris (75018) nous pose la question suivante : «  Je me débrouille toujours tout seul pour tout faire. J’ai appris à ne compter que sur moi. Je me rends compte que cela m’aiderait bien d’avoir l’aide d’un ami ou d’uncollègue de temps en temps, mais c’est plus fort que moi, je n’aime pas demander. Est-ce que c’est possible de changer cette habitude ? »

Pourquoi c’est pas simple de changer une habitude ?

Eh bien parce que souvent changer une habitude, c’est-à-dire un comportement répétitif, ça demande de modifier la façon de penser qui va avec. Je m’explique : si vous n’osez pas demander de l’aide par exemple, c’est que vous avez une logique de pensée qui vous en empêche. Vous avez peut être une croyance sur ce que signifie demander de l’aide. Par exemple, est ce que demander de l’aide signifie pour vous être faible ?  

Beaucoup de gens ont cette idée : donc pour ne pas se montrer faible ou dépendant, ils veulent toujours faire tout seul. C’est comme si une petite voix intérieure leur disait«  sois fort ! ne demande rien ! » Pour d’autres personnes, demander de l’aide, c’est prendre le risque de devenir redevable. Donc, c’est perdre de sa liberté par rapport aux autres.. Alors pour ne rien devoir à personne, on ne demande rien.

Alors prenez le temps de mettre à jour ce qui vous bloque ou ce qui vous gêne dans le fait de demander de l’aide. Et réfléchissez si c’est bien approprié d’en faire une généralité ou une règle de vie. Et rappelez vous qu’en vous empêchant de demander, et donc en vous empêchant de recevoir, vous limitez la richesse de vos relations. Car oser demander, c’est aussi permettreaux autres de vous aider.

Une fois qu’on a identifié ce qui peut nous bloquer, est ce que c’est une bonne idée de s’entraîner à demander ?

Bien sûr, et pour çà, commencez par faire des petites demandes, des demandes simples avec vos proches, juste pour vous familiariser avec la démarche. Par exemple, demandez à une collègue sympa, de vous prêter 5 euros jusqu’à demain, Ou bien demandez à quelqu’un dans la rue de vous indiquer une direction. Osez sortir de votre zone de confort par des petites demandes. C’est le premier pas qui coûte. Vous allez constater que vous en êtes capables et que ça ne fait pas de vous un assisté ou un faible.

Et puis, un jour, vous allez constater que demander ne veut pas dire obtenir. On peut dire non à votre demande. Que se passe-t-il en vous si l’autre vous dit non à votre demande ? Vérifiez si en ne demandant jamais rien, vous n’êtes pas en train d’éviter d’essuyer un refus éventuel. Est-ce que vous auriez l’impression que vous perdez la face dans ce cas là ?

Là encore, faites l’expérience de demander : ce n’est ni honteux, ni rabaissant. C’est juste humain. Et ce n’est pas parce que vous allez oser demander de temps en temps, que ça va devenir systématique. C’est vous qui allez évaluer dans quels cas demander de l’aide