Toutes les émissions

Paris Psy

Du lundi au vendredi à 09h45

Découragement
Découragement © Getty - Blend Images

Je ne vais pas au bout de ce que j'entreprends : je me décourage vite

Diffusion du lundi 8 octobre 2018 Durée : 3min

Alexis de Trappes (78) nous pose la question suivante : « J’adore me lancer dans des projets. Tout démarre toujours bien : par exemple, j’ai repris le sport en septembre, et je commence à lâcher. J’ai repeint mon garage il y a deux semaines, et j’ai du mal à finir. Je me décourage facilement, et je ne finis pas ce que je commence. Je ne comprends pas pourquoi : Pouvez vous m’aider ? »

Qu’est ce qui peut expliquer qu’on se décourage facilement et qu’on n’aille pas au bout de ce qu’on entreprend ?

Les raisons sont évidemment multiples mais elles se regroupent en deux grands thèmes. D’abord, on sous estime souvent les conséquences pratiques de ce qu’on entreprend. Je m’explique :Pour tout projet, il y a aura des efforts à fournir, ce que j’appelle le prix à payer. Et au départ, on est très focalisé sur les avantages qu’on va tirer de notre projet, on s’enflamme vite, et on a tendance à ignorer ou à minimiser ce fameux prix à payer. C’est comme si on en voulait pas voir qu’il y a aussi des inconvénients à se lancer dans un projet quel qu’il soit.

Par exemple, vous avez décidé de reprendre des cours du soir, une fois par semaine, pour améliorer votre anglais. L’idée semble géniale, et vous vous dites ça ne présente que des avantages de savoir bien parler anglais. Mais qu’est ce que cela va représenter en terme d’investissement et d’inconvénients ? Projetez vous mentalement dans la situation et soyez concret. Vous aurez par exemple à travailler entre les cours, ça veut dire prendre du temps pour vous entraîner. Etes vous prêt à consacrer 2 heures en plus du cours, chaque semaine pour travailler votre anglais ?

Faites vous l’avocat du diable de votre projet, listez les inconvénients. Ça vous évitera de les découvrir en chemin et de vous décourager à la première difficulté. Rappelez vous : Anticiper l’obstacle permet de mieux le surmonter.

Ça veut dire aussi qu’il vaut mieux être très motivé au départ pour surmonter les crises de découragement ? 

C'est la deuxième cause de découragement : notre motivation n’est pas assez forte au départ pour tenir dans la durée. Elle s’émousse en cours de route. Mon conseil : explorez la mieux au départ. Demandez vous sur quoi elle repose. Allez contacter en vous ce qui fait que c’est si important pour vous de reprendre le sport en ce 8 octobre par exemple, ou pourquoi vous tenez tant à repeindre votre appartement le week-end prochain ?

Plus votre projet a un sens fort pour vous, plus vous avez de chance de tenir dans la durée. Alors, pour renforcer votre motivation voici 3 questions simples à vous poser avant de vous lancer :

  1. Avec ce projet, qu’est ce que je vais pouvoir faire de différent que je ne fais pas ou que je ne peux pas faire aujourd’hui ?
  2. Qu’est ce que je vais pouvoir avoir que je n’ai pas aujourd’hui en me lançant dans ce projet ?
  3. Enfin, qu’est ce que ce projet me permet d’être ?

Par exemple, améliorer mon anglais me permettra d’être un expert, un  professionnel d’une dimension internationale. Avec des réponses claires à ces 3 questions, vous devriez être plus solide pour mener à bien vos nouveaux projets, et surmonter les moments de découragement qui font partie de toute démarche ambitieuse. Bon courage.