Toutes les émissions

Paris Psy

Du lundi au vendredi à 09h45

Stress au travail
Stress au travail © Getty - David Sacks - DigitalVision

Peut on parler de son stress à son boss ?

Diffusion du jeudi 29 novembre 2018 Durée : 4min

Alexis de Nanterre nous pose la question suivante : « Dans ma boite, nous avons une grosse pression pour atteindre les résultats de fin d’année. Je commence à me sentir épuisé et stressé. Depuis quelques semaines, mon stress se ressent dans ma vie personnelle. J’ai de plus en plus de mal à assurer au boulot. Jusqu’à maintenant, je gère comme je peux ma baisse d’énergie, et mon moral fluctuant. Pensez vous que je doive alerter mon boss ? Que puis je faire dans cette situation ? »

Est-ce que c’est une bonne idée de partager son stress (et ses problèmes de santé) avec sa hiérarchie ?

Alors oui mais pas n’importe comment. Si on parle beaucoup de bien être ou de mal être au travail, le stress lié au milieu professionnel reste un sujet mal compris et souvent mal géré en entreprise. En particulier par les responsables hiérarchiques qui ne sont souvent peu ou pas formés sur le sujet, et qui sont eux mêmes soumis à des pressions de résultats. Donc, il vaut mieux agir avec prudence et par étapes.

Avant de décider d’en parler ou pas avec votre supérieur, un bon réflexe c’est de faire le point vous même sur votre propre santé.

Autrement dit, je vous conseille d’aller consulter un médecin qui saura diagnostiquer où vous en êtes de votre état de stress, de votre épuisement et de votre état moral. Un petit traitement médical adapté peut vous suffire à traverser cette période difficile mais seul un professionnel de la santé pourra vous le dire. Son regard d’expert extérieur à votre système est plus pertinent qu’un conseil d’ami ou de collègue. Vous pouvez faire appel à votre médecin généraliste ou au médecin du travail.

Et Selon ce que dira le médecin, il peut être utile de faire appel à un professionnel de la relation d’aide : psychologue, thérapeute ou coach bien formé. Cela vous aidera notamment à prendre du recul, à réfléchir sur votre situation,et à identifier l’origine de votre état de stress et de votre fatigue morale.

Donc ne restez pas seul avec votre difficulté : commencez par un diagnostic médical éventuellement renforcé par un accompagnement personnel. Il sera toujours temps d’en parler à votre supérieur une foisles choses plus éclairciesde votre côté, et de le faire en lien direct avec le travail. Agissez avec prudence. Il ne faudrait pas que votre échange avec votre boss ne se retourne contre vous par la suite.

Est-ce que vous avez des conseils sur une manière prudente d’aborder les choses avec son supérieur, si on n’est pas certain de sa réaction ?

L’idée c’est de clarifier d’abord ce que vous attendez de cet entretien. Choisissez bien vos mots. Si vous dites que vous traversez une période de creux, votre manager peut l’entendre. Mais si vous évoquez les choses de façon très négative, votre manager peut se sentir effrayé et dépassé par la situation. Et vous vous retrouveriez tous les deux bien embarrassés.

Partez du constat et allez clairement sur ce que vous souhaitez. Vous pourriez commencer par lui dire «  Nous avons une grosse pression cette fin d’année. Je sens que j’ai besoin d’un peu de soutien. Je t’en parle pour que nous voyions ensemble comment mettre en place quelque chose temporairement sans mettre le business en péril. » Le fait de montrer votre conscience des enjeux pros, et votre besoin de trouver une solution c’est une bonne démarche face à votre boss.

Pour ne pas créer trop d’inquiétude, restez dans le factuel, le concret et l’organisation. Parlez de ce qui concerne votre boss. A partir de là, vous pourrez évaluer comment il reçoit les choses. Vous verrez s’il réagit de manière constructive ou pas.

Il y a évidemment toujours un risque dans le fait de parler à votre supérieur hiérarchique : il pourrait considérer que vous êtes devenu le maillon faible de l’équipe, et que vous ne méritez plus de traiter certains dossiers. Donc votre évolution professionnelle pourrait en être touchée. Mais ne rien dire est aussi un risque grave pour votre santé surtout si votre stress est déjà intense.

Rappelez vous : la responsabilité de votre santé et de votre équilibre vous appartient en premier lieu, mais elle est aussi une préoccupation et une responsabilité de votre employeur. N’attendez pas d’êtreà bout pour aborder lesujet et faites le en étant éclairé, constructif et bien au clair avec vos priorités.