Toutes les émissions

Paris Psy

Du lundi au vendredi à 09h45

La tristesse après l'incendie qui a ravagé la cathedrale Note Dame
La tristesse après l'incendie qui a ravagé la cathedrale Note Dame © Getty - Omar Havana

Vivre sa tristesse après l'incendie de Notre Dame de paris

Diffusion du mercredi 17 avril 2019 Durée : 4min

Virginie de Paris nous pose la question suivante : « Je me sens très triste depuis l’incendie terrible de Notre Dame. J’ai été très choqué de voir les images des flammes en boucle sur les chaines de télé. Mon fils est aussi très perturbé, et il me pose beaucoup de questions. Comment lui expliquer ma réaction ? Avez-vous des conseils pour m’aider à gérer ma tristesse ? »  

Pourquoi est-ce que l’incendie de Notre Dame génère autant de tristesse et de réactions de douleur chez de nombreuses personnes  ? 

On l’a dit à plusieurs reprises sur notre antenne : cet incendie a d’abord été un choc ! Il a rendu réel quelque chose que beaucoup d’entre nous pensaient impossible ou inenvisageable. D’où l’effet de sidération : on est resté collés devant les images pendant longtemps. Et aujourd’hui, nous intégrons que nous venons de vivre une perte très importante. Un de nos plus vieux  monument qui est un repère très symbolique, très emblématique a été très détruit. Donc nous en sommes tristes et très affectés. 

C’est important de se rappeler que dans notre esprit, les monuments sont des réalisations humaines qui contrairement à nous, sont grandes, solides. Et on les veut pérennes. Ces monuments on les souhaite intouchables, et comme éternels ou indestructibles. Ils font partie de notre histoire bien sûr mais ils font aussi partie de notre présent et nous imaginons qu’ils feront partie du futur. Chacun se les approprie : 

Notre Dame est donc un élément qui fait partie de notre identité. Et c’est comme si elle nous appartenait un peu, en tant que Parisien, en tant que chrétien ou en tant que français. Donc, vivre la disparition d’une partie de notre patrimoine, de notre histoire, c’est comme perdre un peu de notre identité.  

Et cette perte nous a aussi placé dans une grande impuissance. Même si les pompiers sont intervenus rapidement avec beaucoup de moyens, et qu’ils ont permis d’éviter le pire, nous avons tous ressenti la limite de nos forces à nous opposer à la puissance de cet incendie. Tout çà est très perturbant pour nous et pour nos enfants qui vivent aussi beaucoup les choses à travers les réactions émotionnelles de leurs parents. 

Qu’est-ce qu’on peut dire aux enfants quand ils sont tristes ou quand ils voient leurs parents très affectés de ce qui s’est passé ? 

Commencez par leur dire que c’est tout à fait normal de ressentir de la tristesse quand on perd une personne ou quelque chose qui est très important pour nous. On a du chagrin, on est en deuil à cause de cette disparition. Utilisez des mots simples, sans dramatiser ni chercher à cacher ce que vous ressentez. N’ajoutez pas la honte à la tristesse. 

Et rappelez vous que ces moments perturbants sont aussi un moment d’apprentissage de la gestion de nos émotions. Et les enfants prennent appui sur votre façon de faire les choses pour comprendre comment on vit la tristesse. 

Expliquez leur que pour surmonter la tristesse, on a besoin de parler, de partager ce sentiment. On a besoin de consolation, de réconfort. Voilà pourquoi beaucoup de gens ont choisi de sortir pour être en lien avec d’autres personnes hier soir. Et voilà pourquoi, il y aura dans les jours à venir beaucoup de moments de partage pour se soutenir et se donner du courage.

Enfin, expliquez que certaines personnes ont envie maintenant de se sentir utile et participer à la reconstruction de ND : voilà pourquoi il y a beaucoup de dons. La solidarité, et les liens que l’on renforce sont des manières de supporter ce qui est très dur et de sortir de notre tristesse.