Paris Psy

Du lundi au vendredi à 09h45

Un enfant malade
Un enfant malade © Getty - Zero Creative - Image Source

Votre enfant est hypocondriaque

Diffusion du mercredi 27 février 2019 Durée : 3min

Clémentine de Châtillon nous pose la question suivante : « Mon fils de 10 ans est toujours inquiet : il a peur d’attraper une maladie grave. En ce moment, dès qu’il est enrhumé, ou qu’il a mal quelque part, il me demande si c’est grave. Je lui dis que non, mais ça ne le rassure pas longtemps. D’où peut lui venir cette réaction hypocondriaque ? Et surtout que puis je faire par rapport à çà ? »

Est-ce que c’est fréquent de trouver des enfants hypocondriaques ?

Je ne dirai pas fréquent, mais il y a des enfants qui vivent des états d’anxiété qu’ils déplacent sur leur santé physique. Donc ils manifestent des réactions d’hypocondrie, comme le font certains adultes. C’est un phénomène qu’on retrouve soit

  • Lorsqu’un des parents est lui même hypocondriaque.
  • Ou soit lorsqu’un parent manifeste ( souvent sans s’en apercevoir ) une inquiétude sur ce que vit son enfant. Et l’enfant capte cette inquiétude et il devient porteur de l’angoisse du parent. Et il l’exprime à travers des questions liées à sa santé physique.

Donc première piste de recherche : Si votre enfant vous semble trop soucieux de sa santé, demandez vous s’il y a chez vous, ou dans son entourage une personne hypocondriaque…  ou un climat particulier quipuisse inquiéter votre enfant ? Il peut s’agir d’une autre situation, comme un décès récent dans la famille qui a pu inquiéter votre enfant.

Une autre façon de comprendre ce qui se passe, c’est de vérifier si votre enfant exprime facilement ses émotions ou pas. Lorsque la parole est bloquée, et que l’enfant ne peut pas verbaliser ses ressentis(et en particuliers ses inquiétudes), il le fait à travers le corps.

Ça peut aussi lui permettre d’obtenir plus d’attention, et se faire chouchouter un peu plus. C’est ce qu’on appelle un bénéfice secondaire pour la personne hypocondriaque.

Quoi qu’il en soit, il y a dans les réactions d’hypocondrie, de l’anxiété et des questions qui attendent des réponses. Donc traitez ces inquiétudes même si elles vous semblent disproportionnées ou absurdesau premier abord. 

Pour rassurer son enfant, qu’est ce qu’on peut dire ou faire, en plus de lui expliquer qu’il n’est pas gravement malade ?

Trois idées par rapport à ça.

  1. Commencez par prendre le temps d’expliquer à votre enfant le fonctionnement simplifié du corps humain. Pour çà, rien ne vaut un livre adapté aux enfants, avec des dessins, des mots simples, ça leur permet de se représenter ce qui leur semble mystérieux. Et puis, avec ce livre, vous pourrez aussi évoquer les maladies qu’on peut guérir et les processus naturels de guérison : Les enfants enregistrent très vite ce qui les concerne, et réussissent mieux à se rassurer ensuite. Profitez aussi d’une visite chez le médecin pour compléter les connaissances de votre enfant, et donner des réponses à ses questions. Rien de telle que la parole du « docteur expert » pour se sentir mieux instantanément. 
  2. Proposez à votre enfant une activité artistique par exemple du dessin, de la musique, ou du théâtre.. bref tout ce qui peut l’aider à exprimer des émotions qu’il a en lui, et qu’il a besoin d’extérioriser.
  3. Dernière idée qui marche bien aussi : adoptez à la maison un animal pour que votre enfant s’en occupe. Ca permet de le responsabiliser et lui donner l’occasion de devenir celui qui rassure et celui qui prend soin d’un autre. Il se décentre et devient moins obsédé par sa propre santé.

Dans tous les cas, le dialogue avec des mots simples est une bonne façon de faire prendre du recul à votre enfant.