Toutes les émissions

Paris Psy

Du lundi au vendredi à 09h45

Hyponcondrie
Hyponcondrie © Getty - Ferando abanco Fotografia

Vous êtes devenu(e) hypocondriaque

Gabriel d’Aubergenville nous pose la question suivante : « J’ai 55 ans et je suis hypocondriaque. En particulier à cette période de l’année où je suis allergique.. Au moindre symptôme un peu plus fort que d’habitude, je consulte et je fais des examens car je me pose beaucoup trop de questions. Pouvez vous m’aider à comprendre et à mieux gérer ma peur de tomber gravement malade ? »

Ça correspond à quoi le fait d’être hypocondriaque ?

L'hypocondrie c’est la manifestation visible (et excessive) de nos peurs, voire de nos angoisses que nous fixons sur notre santé physique. C’est vraiment la maladie de l’inquiétude. Si vous avez un tempérament anxieux, vous risquez évidemment de devenir plus facilement sujet à l’hypocondrie. Et les choses peuvent empirer avec l’âge, avec certains contextes de vie personnelle ( si vous êtes aucontact de gens malades ou si vous avez perdu des proches )

L’autre facteur qui peut accentuer votre tendance à l’hypocondrie, c’est bien sûr internet ! On y trouve facilement toutes sortes d’informations santé, et quantité de témoignages alarmants sur toutes les maladies. C’est donc extrêmement facile de se faire peur au moindre symptôme.On appelle d’ailleurs ce phénomène la cybercondrie.

Il y a bien sur des degrés d’anxiété chez les hypocondriaques. Nous pouvons tous devenir ponctuellement hypocondriaque : il suffit d’être fatigué ou stressé et nous risquons d’amplifier les choses mais ce qui caractérise la personne vraiment hypocondriaque, c’est son angoisse démesurée, obsessionnelle à propos de sa santé. Elle est hyper attentive au moindre ressenti. Donc elle se documente énormément, et elle se persuade de la gravité de son cas. Cette obsession se rencontre souvent chez des proches de médecins, chez de grands anxieux et aussi chez des personnes en mal d’attention.

Se plaindre de sa santé peut parfois être une manière de recevoir plus d’attention de son entourage. Mais attention, il arrive que l’hypocondrie déclenche la réaction inverse : l’entourage se lasse et finit par devenirindifférent ou hostile aux crises de la personne hypocondriaque. 

Est-ce qu’il est possible de calmer son hypocondrie soi même, sans forcément consulter un professionnel de la thérapie ?

Oui bien sur, comme vous le disiez, vous pouvez consulter un thérapeute pour comprendre l’origine et la fonction de votre hypocondrie, et vous pouvez aussi faire des choses par vous même.

Première idée : Apprenez à gérer votre anxiété vous même avec les médecines douces comme la phytothérapie. Consultez un pharmacien ou un médecin pour qu’il vous oriente sur les plantes qui peuvent vous aider à retrouver du calme. Il y a des remèdes naturels pour lutter contre l’anxiété en fonction de l’intensité de vos réactions hypocondriaques.

Deuxième piste : installez un rituel quotidien de relaxation ou de méditation. C’est excellent pour vous détacher de vos ruminations, sur les maladies mortelles. Il existe beaucoup d’applications gratuites sur smartphones, pour vous initier à la méditation ou à la relaxation. Vous pouvez aussi consulter un sophrologue. 

Troisième piste : reprenez une activité physique régulière et investissez vous dans des activités qui vous occupent beaucoup l’esprit.

On le sait l’activité sportive quotidienne allège le mental. Et la pratique d’une activité qui passionne déplace l’attention sur d’autres sujets que soi. Donc, Apprenez à vous décentrer et à vous dépenser : ce sont deux manières qui peuvent aider à limiter votre tendance à l’hypocondrie.