Replay du mardi 4 juin 2019

Vous êtes trop serviable et vos proches en abusent

débordée
débordée © Getty - Jessica Peterson

Béatrice de Vaucresson nous pose la question suivante : « Dans ma famille, je suis vue comme très serviable et très sympa. Du coup, tout le monde me sollicite sans arrêt pour des services en tout genre : Par exemple, je prête souvent ma voiture, ou je dois garder régulièrement les enfants de ma sœur. J’ai beaucoup de mal à refuser de rendre service. Mais j’aimerais bien réussir à dire non.  Pouvez vous m’aider car j’ai de plus en plus de demandes et je n’en peux plus ? 

Comment est ce qu’on peut réussir à dire non à un proche qui abuse sans risquer d’être mal vu ?

Eh bien ça va vous demander 3 choses importantes : d’abord d’être au clair avec vous même : qu’est ce qui fait que vous avez tant de mal à dire non et à fixer des limites ? C’est en le comprenant que vous allez réussir à changer les choses.

Deuxièmement, vous allez avoir besoin d’assurance pour tenir bon dans votre refus face à votre famille. Comme ils ne sont pas habitués à ce que vous disiez non, ils risquent d’insister.

Et enfin il vous faudra faire preuve de tact : c’est important de savoir mettre les formes à son refus, pour ne pas heurter inutilement vos proches. Alors reprenons ces 3 éléments.

D’abord mettez vous au clair avec vous même. C’est important que vous compreniez votre difficulté à dire non ! Pour beaucoup de personnes, le fait de dire non est associé à un risque d’être perçues comme égoïstes ou pas gentilles. Elles ont peur de décevoir, d’être moins appréciées ou aimées ensuite. Elles ont même peur d’être rejetée pour avoir refusé un service.

Pour d’autres, c’est la peur d’un éventuel conflit qui les empêche de dire non. Et pour vous ? Mettez à jour vos craintes pour vous en libérer. Vos craintes qui viennent de l’enfance, une époque où vous vous sentiez vulnérable. Aujourd’hui en tant qu’adulte, vous avez besoin de comprendre que savoir dire non, c’est vous respecter et c’est cultiver une bonne estime de vous. Et vous ne risquez rien de grave en disant non.

En comprenant çà, vous vous sentirez plus solide face à l’insistance de votre entourage. Vous réussirez à dire non et tenir votre position de manière ferme et tranquille.

Vous parliez aussi de tact : concrètement, comment est ce qu’on peut mettre les formes pour dire non à une demande ?

Eh bien, première technique : ne répondez pas oui ou non à la minute où la demande vous arrive. Trop de gens se sentent obligés de répondre instantanément à une demande. Et ils disent oui parce qu’ils sont pris de court. Prenez le temps de vérifier vos priorités. Dites à la personne : « Ta demande est importante et j’ai besoin de temps pour te répondre oui ou non en fonction de mon agenda et de mes possibilités. »

En fonction des demandes, il vous faudra peut être 10 minutes ou quelques heures avant de répondre non. Deuxième point : faites préciser la demande de services avant de répondre. En prenant le temps d’écouter la demande de l’autre, vous lui montrez votre intérêt. Quand vous aurez évalué le temps nécessaire et les efforts à fournir,vous aurez des arguments factuels pour expliquer là encore votre refus. Et souvenez vous que vous dites non à une demande et que cela n’affecte en rien l’affection que vous avez pour la personne. Vous pouvez dire : « Je suis au regret de te dire non cette fois ci »

Troisième point : apprenez à faire une contre proposition au lieu d’afficher simplement un non définitif : Vous pouvez décider de rendre service en faisant une partie des choses qu’on vous demande, mais pas la totalité. Vous pouvez aussi proposer de rendre ce service contre un autre si cela vous soulage.

En conclusion, gardez à l’esprit que la manière de dire non est aussi importante que vos arguments eux mêmes. Restez posé et tranquille pour exprimer votre refus. Et souvenez vous aussi qu’en disant non quand c’est important pour vous,vous vous montrez authentique.

Et cela fait aussi de vous une personne appréciable et digne de confiance.

Mots clés: