Paris Psy

Du lundi au vendredi à 09h45

Se sentir seul chez soi
Se sentir seul chez soi © Getty - d3sign

Vous n'aimez pas vous retrouver seul à la maison

Diffusion du vendredi 3 mai 2019 Durée : 3min

Frédéric de Provins nous pose la question suivante : « Avec les vacances et le pont du 1 Mai, mes enfants et ma femme sont partis quelques jours. Moi je suis resté travailler au bureau. Je me rends compte que je ne supporte pas de  me retrouver seul à la maison. Les soirées me semblent longues. Comment  expliquer mon inconfort dans ces moments où je suis seul ? Et comment  faire pour mieux supporter ces moments de solitude? »

Qu’est ce que vous pouvez répondre à Frédéric ? 

Je dirais que notre capacité à rester seul, face à nous même, elle  est directement en lien avec notre bien être intérieur, nos habitudes  de vie, et aussi notre histoire personnelle. Les personnes qui vivent mal la solitude ont pu vivre ce qu’on appelle en psychologie des carences affectives précoces. 

Par  exemple, si le lien entre la maman et son bébé n’était pas vécu comme assez sécurisant par le jeune enfant, les premières séparations  physiques avec la maman ont été vécues comme traumatisantes. Et elles ont laissé des empreintes profondes, souvent inconscientes.  Et des années plus tard, le fait de se retrouver seul fait revivre à la  personne la douleur de l’absence de maman. Donc logiquement, pour éviter  de recontacter cette sensation désagréable, l’adulte cherche à  toujours être en présence de ceux qu’ils aiment. Voilà pourquoi certaines  personnes sont aussi souvent entourées et pratiquent beaucoup d’activités en groupe. 

Mais  il se peut aussi qu’en se retrouvant seule, la personne très active, ou habituée à vivre très entourée, éprouve un sentiment de vide, ou un sentiment d’abandon. Et ce sentiment réveille en elle des peurs ou  des doutes. Elle se pose alors des questions sur sa vie, sur le sens des  choses : Et cette situation peut devenir désagréable voire même   anxiogène.Si c’est souvent le cas, peut être pourriez vous aller en parler avec un thérapeute … 

La peur de la solitude est donc délicate à comprendre. Est ce qu’on peut faire aussi soi-même des choses concrètes pour surmonter cette peur ? 

Bien sûr. Le premier réflexe c’est du bon sens : décidez d’utiliser ces moments où  vous êtes seul, pour faire quelque chose de bon pour vous. Concoctez  vous un programme sur mesure : Demandez vous ce qui vous ferait plaisir.

Par  exemple, appelez des amis, sortez déjeuner dans un bon resto, prévoyez  un diner, allez faire du sport, offrez vous une séance de ciné : bref,  faites vous du bien, soit en sortant de votre cadre habituel, soit en y faisant venir des personnes que vous appréciez. 

Autre  idée : vous pourriez aussi en profiter pour faire des choses utiles, ou  des choses pour les autres : un peu de bricolage, un rangement que vous  repoussez depuis des semaines, un aménagement dans la chambre des  enfants… 

Utilisez  votre temps seul pour soigner votre intérieur et améliorer le confort  de ceux que vous aimez. Ils seront ravis à leur retour : cette idée de faire plaisir à vos proches, de leur être utile, c’est souvent une bonne motivation pour déclencher l’action. 

Enfin,  dans cette journée de solitude, prenez aussi le temps de mesurer la  chance que vous avez. C’est dans un moment de séparation que l’on peut  aussi évaluer ce qui constitue notre équilibre et notre bonheur. Ces quelques heures de solitude sont l’occasion de transformer votre  manque en signe de reconnaissance. Et nous le savons tous : le manque  est un stimulant du désir. Au retour de vos proches, pensez bien à leur  dire qu’ils vous ont manqué, à leur témoigner votre affection, vos  retrouvailles en seront encore meilleures.