Toutes les émissions

Paris Psy

Du lundi au vendredi à 09h45

Savoir dire non
Savoir dire non © Getty - Princigalli - E+

Vous n'osez pas dire non !

Diffusion du lundi 26 novembre 2018 Durée : 4min

Anne Laure de Sainte Geneviève des bois nous pose la question suivante : « Une de mes amies est souvent en galère. Elle me sollicite beaucoup pour l’aider ou la dépanner. Au début, je trouvais çà normal en tant qu’amie, mais maintenant ça arrive trop souvent. Je n’arrive pas à lui dire non, je me sens gênée et agacée. Comment puis je sortir de cette situation ? »

Pourquoi c’est si difficile de dire non, en particulier à nos proches ?

Parce que c’est lorsque vous dites non que vous vous affirmez ! Le bébé le sait bien : il découvre son pouvoir d’affirmation quand il dit non et qu’il mesure la réaction de ses parents. Donc dire non c’est toujours engageant, parfois dérangeant. Et il faut se sentir assez fort intérieurement pour assumer les conséquences de son non ! Quand vous dites non, vous allez contre ce qui est demandé, ce qui est attendu, donc vous compliquez les choses pour celui qui demande.

Et vous pouvez réveiller en vous toutes ces peurs que sont : la peur de décevoir, la peur de faire de la peine, la peur d’avoir des ennuis, la peur de ne plus être aimé : bref, la fameuse peur du regard des autres ! On peut donc dire qu’il existe un déficit d’estime de soi quand on n’ose pas dire non : on a peur pour son image. On peut redouter d’être perçu comme pas gentil, pas sympa..

Et cette insécurité intérieure, ce manque d’assurance, s’accompagnent de croyances qui font que Vous faites passer les besoins des autres avant vos propres besoins ou vos propres choix. En gros, vous devez vous adapter aux autres, quitte même à vous sacrifier ou à vous oublier. C’est évidemment problématique quand c’est systématique et quand ça dure depuis longtemps. Et au bout d’un moment, vous en voulez aux autres de ne pas respectez vos besoins, alors que c’est vous qui devriez fixer des limites. Voilà pourquoi, il est important de savoir dire non.

Pour commencer cet apprentissage, au moment où un proche vous sollicite, en live, prenez quelques  secondes pour vous demander : qu’est ce que je veux ? Est ce que c’est ok pour moi de dire oui ? Est ce que je suis sincèrement prêt à dire oui ? Avant de chercher à faire plaisir, connectez vous à vous et à vos besoins.

Si on veut dire non à la demande d’un proche, comment est ce qu’on peut le faire sans vexer ou paraitre désagréable ?

En y mettant les formes. La manière de dire les choses est aussi importante que ce qu’on dit. Vous allez apprendre à dire les choses de façon claire et recevable.C’est votre part du travail.

Donc, rappelez vous d’abord que rien ne vous oblige à répondre à une demande immédiatement. En prenant un temps, ça évite de dire oui à tout, dans la précipitation. Par exemple, vous pouvez dire « J’ai besoin de temps pour réfléchir avant de te répondre. Je te rappelle pour çà demain ou tout à l’heure. » Partez toujours de votre besoin, ça aide à expliquer les choses sans être agressif ou tomber dans la justification.

Si vous décidez de dire non, il peut être bienvenu de faire une contre proposition qui vous convient mieux. Par exemple, « Je ne peux pas venir t’aider ce soir mais c’est possible pour moi de le faire demain après midi. »

Vous pouvez aussi parfois orienter votre proche vers une autre personne qui vous semble réellement plus compétente ou disponible.

Enfin, en parallèle de tout cela, travaillez aussi sur ce qui vous empêche de dire non. Qu’est ce qui vous fait peur, qu’est ce que vous vous dites ? Il s’agit de regagner en estime de vous et en confiance en vous.

Au besoin, faites vous aider car pouvoir dire non librement, c’est redevenir respectueux de soi. Et c’est aussi avoir de meilleures relations avec ses proches : Vous allez devenir plus juste, plus authentique. Ce qui évite les malentendus, et les frustrations et ce qui renforce la franchise dans vos relations !