Toutes les émissions

Paris Psy

Du lundi au vendredi à 09h45

la solitude
la solitude © Getty - d3sign

Vous supportez mal la solitude

Diffusion du vendredi 1 mars 2019 Durée : 3min

Bertrand de Paris nous pose la question suivante : « Je voyage beaucoup dans le cadre de mon activité professionnelle. Ma nouvelle compagne ne supporte pas de rester seule à la maison. Je me rends compte qu’elle souffre de ces moments de solitude, elle se sent insécurisée, et cela m’embête. Comment pourrais je l’aider à mon niveau par rapport à cette situation ? »

Comment est ce qu’on peut expliquer cette difficulté à rester seule ?

Notre capacité à nous sentir sécurisé, quand on est seul à la maison, est parfois à mettre en lien avec ce qu’on appelle nos liens d’attachements. En psychologie, on dit que le premier lien d’attachement entre l’enfant et sa mère (ou toute personne maternante) est essentiel, car il va conditionner l’équilibre et le développement affectif de la personne.

Si ce lien d’attachement a apporté de la solidité intérieure chez l’enfant, alors il peut mieux accepter l’absence de sa maman. Mais si ce lien n’est pas ressenti comme solide et sécurisant, les séparations physiques avec la maman peuvent être vécues comme angoissantes ou même traumatisantes. Le tout petit se sent alors perdu, abandonné,inconsolable de ce vide crée par l’absence temporaire de la maman. Cela crée en lui des empreintes profondes.

Et des années plus tard, le fait de se retrouver seul fait revivre à la personne la douleur de l’absence de maman. L’adulte a alors besoin de la présence physique et constante de l’autre pour se sentir sécurisé. Dans d’autres cas, la peur de la solitude masque d’autres peurs : comme par exemple celle de se retrouver face à soi même, avec des tourments intérieurs non gérés. La personne doit alors apprendre à se prendre en charge. Mais comme ça lui est très difficile, elle préfère rester en présence de quelqu’un. Elle limite ainsi le fait de se confronter à ce qui lui est désagréable.

La peur de la solitude est donc complexe à comprendre, mais est ce qu’on peut faire soi même quelque chose quand on vit avec une personne qui a peur de rester de seule ?

C’est délicat. C’est évidemment à celui ou celle qui souffre de sa peur de rester seul(e) de faire un travail thérapeutique pour aller mieux. Avoir recours à un professionnel est une bonne idée car cette peur de la solitude renvoie à toute une part de notre histoire, et votre partenaire de vie n’est ni compétent, ni la bonne personne pour vous aider à régler cela.

Si vous avez identifié que votre compagnon ou votre compagne souffre de cette difficulté, soyez compréhensif bien sur, mais ne renoncez pas à faire vos déplacements professionnels. Continuez à vivre et à agir selon vos nécessités et vos envies. Sinon, vous allez vous sur-adapter aux besoins de l’autre, en négligeant les vôtres, et à un moment ou un autre, vous risquez de lui en vouloir. Et puis, en vous adaptant trop à l’autre, vous ne lui permettez pas de régler les choses, et la dépendance entre vous se renforce.

Il vaut donc mieux sensibiliser votre partenaire à l’importance de régler les choses pour lui ou pour elle. Souvenez vous qu’une relation amoureuse saine se compose toujours de moments vécus ensemble, et de moments où l’on est séparés. Séparation ne veut pas dire abandon. Au contraire, se séparer temporairement permet de mieux se retrouver. À condition que chacun des deux amoureux puisse accepter sereinement sa propre autonomie, et celle de l’autre.