Toutes les émissions

Paris Psy

Du lundi au vendredi à 09h45

Aider les autres
Aider les autres © Getty - Nattapong Wongloungud - EyeEm

Vous voulez toujours aider tous vos proches

Diffusion du vendredi 14 juin 2019 Durée : 3min

Isabelle de Dourdan nous pose la question suivante : « Mon compagnon et mes enfants me reprochent de me mêler de tout.J’aime les aider dans tout ce qu’ils font. Donc j’ai tendance à trouver des solutions ou à donner des conseils, même quand on ne me demande rien.Je vois que ça devient un problème car il y a beaucoup de tensions entre nous. Pouvez-vous m’aider à comprendre ce qui se passe,  et à devenir moins intrusive dans les affaires des autres ? »

À quoi ça correspond ce besoin constant de vouloir aider ses proches ? 

C’est un besoin fort de reconnaissance. La personne qui cherche tout le temps à aider ses proches cherche en fait à obtenir de la valorisation : en s’occupant beaucoup des autres,en se sentant utile, elle nourrit surtout ses propres besoins de reconnaissance ou d’importance. Et c’est son élan serviable trop développé qui finit par agacer son entourage car il est perçu comme intrusif ou totalement inadapté selon les cas.

Par exemple, une amie vous parle d’une difficulté avec son fils : de votre propre chef, vous allez décider de parler à son fils, ou d’appeler un bon pédopsychiatre pour votre ami e: on qualifie cette attitude de sauvetage, car vous avez agi sans avoir reçu de demande claire.

Au fond, votre amie n’avait peut être pas envie que vous interveniez à sa place. Mais votre empressement à vouloir aider est passé avant toute autre considération. Voilà comment arrivent ensuite les tensions ou les reproches du style _« C’est pénible, tu te mêles de ce qui ne te regarde pas ! »_Donc, c’est une bonne idée de commencer à cesser de sauver tous vos proches. Mais ce qui est difficile dans ces situations, c’est que la personne sauveuse ne se voit pas agir dans l’empressement. Elle n’a pas conscience qu’elle interprète immédiatement tout ce qu’elle entend comme une demande d’aide. Pour elle, entendre un proche qui a un problème, ça veut dire qu’elle doit intervenir. Sinon, pour elle, cela voudrait dire qu’elle est indifférente ou pas sympa. Il lui faut donc apprendre d’une part à écouter mieux ce que disent ses proches, pour évaluer s’il y a lieu d’intervenir ou pas. Et d’autre part, il lui faut renforcer son estime d’elle même pour calmer son empressement à aider et à prouver son importance ou sa gentillesse. 

Concrètement qu’est ce vous nous conseillez de faire quand on a tendance à toujours vouloir sauver les autres ? 

Voici 3 questions simples à vous poser pour limiter le risque de tomber dans le sauvetage quand vous êtes face à un proche en difficulté.

  • Est ce que l’autre m’a demandé clairement de l’aider ou de le conseiller ? Ce n’est pas parce qu’une personne vous raconte une difficulté qu’elle attend forcément que vous interveniez pour elle. Beaucoup de gens aiment raconter leur difficulté sans pour autant vouloir que ça change. Donc apprenez à écouter, et demander à l’autre s’il veut quelque chose par rapport à ce qu’il vous raconte.
  • Est ce que j’ai vraiment envie d’aider cette personne ? ou est ce que je me sens obligée d’intervenir par culpabilité ou par devoir ? Prenez le temps de vous interroger sur votre réelle motivation à intervenir.
  • Est ce que je suis bien placé pour intervenir par rapport à cette demande ? C’est à dire, est ce que j’ai le temps, les compétences pour faire correctement ce que l’autre me demande ?Evaluez aussi si vous êtes la bonne personne et dans le bon contexte pour intervenir : Parfois, il est plus sage de ne pas se mêler de certaines situations avec ses proches.

Rappelez vous :En sortant du sauvetage systématique, vous allez recréer des relations plus simples, plus agréables car vous éviterez les prises de pouvoir, les liens de dépendance ou les jeux psychologiques.Les relations sont toujours plus saine lorsque chacun assume sa part de responsabilité et laisse à l’autre la responsabilité de ses choix.