Replay du vendredi 20 novembre 2020

Les classes de neige, avec Ophélie David et Elise Cuenot-Hodister

- Mis à jour le

Est-ce que la montagne attire toujours autant les jeunes? on en discute avec Ophélie David et Elise Cuenot-Hodister

Ophélie David et Alain Salomon dans les studios de France Bleu Isère
Ophélie David et Alain Salomon dans les studios de France Bleu Isère © Radio France - Ophélie David

L'ESF (l'Ecole du Ski Français) lance un fond de dotation pour motiver les établissements scolaires à maintenir leurs classes de neige cet hiver malgré la crise sanitaire. Ce fond est doté de 200 000 € auxquels s'ajoute une participation à hauteur de 30 000 € du groupe Poma.

L'occasion pour nous de nous interroger sur le rôle des classes de neige.

Faut-il relancer les classes de neige?

C'est en 1950 qu'a eu lieu en France la toute première expérience. Une institutrice du cours privé Victor Hugo à Paris emmène, avec l'accord de son directeur, sa classe à Praz-sur-Arly en Haute-Savoie; En 1953, le ministère de l'Education Nationale officialise le concept et durant les années 60, 70 et 80, on n'a plus compté le nombre d'élèves étant partis en classes de neige. 

Des villages pour accueillir ces classes ont été créés, comme à Chamrousse, par exemple - les villages de Bachat Bouloud.

Seulement les classes de neige finissent par tomber en désuétude en raison des coûts d'organisation et du manque de logements conformes aux nouveaux standards en matière de sécurité. Entre 2010 et 2020, selon des chiffres avancés par la région Auvergne Rhône-Alpes, la proportion des classes de neige a baissé de 20%.

Faut-il donc les relancer,  comme le veut la région? Qu'apportent ces classes de neige? La crise sanitaire permet-elle à la jeunesse de poser un nouveau regard sur la montagne?

Autour de la table:

Egalement évoqué dans cette émission:

- Le 37ème Festival International du Film de Montagne d'Autrans

- Le marché de Noël en ligne de Chartreuse Tourisme

Mots clés: