Toutes les émissions

Passion Montagne

le dimanche de 11h à 12h et rediffusion de 18h à 19h

La cérémonie d'ouverture des JO de Grenoble, le 6 février 1968
La cérémonie d'ouverture des JO de Grenoble, le 6 février 1968 - © Comité international olympique

Grenoble 1968 : les Jeux qui ont métamorphosé la ville et les stations de ski iséroises il y a 50 ans

Diffusion du dimanche 28 janvier 2018 Durée : 51min

Quand des JO d’hiver transforment une ville et une région

Clémentine Métenier, jeune journaliste indépendante, s’est passionnée pour l’histoire des JO d’hiver de 1968 à Grenoble. 

La cité grenobloise et la région vont célébrer cette année le cinquantenaire de cet événement qui a profondément bouleversé le paysage humain, culturel, sportif, économique et architectural de la ville iséroise. Clémentine Métenier qui est née à Grenoble, habite le quartier de la Villeneuve et a débuté le ski sur la piste de Casserousse, a enquêté de longs mois pour découvrir comment cette mémoire des JO d’hiver perdurait, y compris auprès des jeunes générations. Elle nous raconte le coup de bluff  qui a permis d’obtenir les jeux devant Calgary, Oslo ou Sapporo, le fameux village olympique, le symposium international de sculpture qui nous a laissé quelques « Calder » en héritage mais aussi la retransmission télévisée en couleur avec 500 millions de spectateurs. 

50 ans des JO de Grenoble - Aucun(e)
50 ans des JO de Grenoble - Ville de Grenoble

Elle nous dit encore que ces même JO ont entraîné la construction de la maison de la culture (le fameux cargo de Malraux), la nouvelle gare de Grenoble, des routes, des ponts, ou la mairie, l’aménagement du Musée Dauphinois au couvent de Ste Marie d’en haut, mais aussi le centre de presse du quartier Malherbe, et la formidable médiatisation du ski de fond au cœur du Vercors à Autrans.  Que de changement et que de premières fois pour ces JO de 68 que l’on a longtemps appelés les JO de De Gaulle. Songez qu’on fit les premiers contrôles anti-dopages, que des caméras sur le parcours de ski alpin à Chamrousse filmaient les évolutions des skieurs pour voir s’ils ne rataient pas de portes ? Sans parler du sacre de Killy, de Périllat, des sœurs Goistchel, ces jeux furent une opportunité unique pour que Grenoble change de statut. 

Le magazine Paris Match ne titrait-il pas en février 67 : "la France découvre qu’elle a une métropole de l’an 2000 : Grenoble !" On lira avec intérêt le livre Grenoble 1968, les jeux olympiques qui ont changé l’Isère (édité par le Musée Dauphinois et le Département de l’Isère et Glénat).

A découvrir aussi, le dossier JO de 1968 de France Bleu, et en particulier la série spéciale "68, année olympique" en image et en son, avec des archives d'époque, des interviews et des témoignages saisissants !

Et si nous allions dans la cabine d’une dameuse ?

Et pas avec n’importe qui puisque Christophe Garnier est allé dans la station des Arcs 1600 rencontrer Christelle, conductrice de dameuse.

Une formidable occasion de vivre quelques instants dans la cabine digne d’un Airbus de ces étranges machines qui lissent les pistes et travaillent la neige pour notre plus grand plaisir.  Une sortie en dameuse avec une dameuse, Christelle conductrice aux Arcs. Elle nous emmène avec elle pour sa vacation du jour à bord d'une machine Prinoth Everest équipée d'un moteur diesel, V6 de 12 000 cm3 et 430 cv : l’aventure ! 

Christelle, aux commandes de sa dameuse - Radio France
Christelle, aux commandes de sa dameuse © Radio France - Christophe Garnier