Replay du mardi 24 mai 2016

L'abécédaire du Poitou du mardi 24 mai 2016

- Mis à jour le

Pour fêter le retour de Céline Dion, l'abécédaire s'intéresse aujourd'hui à ses ancêtres acadiens dont la plupart venaient du Poitou.

A comme acadiens
A comme acadiens - Yves Besnard

L'histoire de la Nouvelle France est intimement liée à celle du Poitou. Ce que l'on appelait naguère Nouvelle France, c'est l'actuelle province du Québec, les actuelles provinces canadiennes du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Ecosse, Terre-Neuve, la Louisiane et la Baie d’Hudson.

Au départ, deux marchands saintongeais

Cette histoire a commencé il y a plus de 400 ans avec, au départ, deux marchands saintongeais : Samuel Champlain et Pierre Dugua de Mons. Ils s’installent sur l’Île Sainte-Croix en Acadie (en 1604). Quatre ans plus tard est fondée la ville de Québec (nous sommes donc en 1608).

Très rapidement des liens commerciaux se tissent entre la Nouvelle France et le Poitou, via Rochefort et La Rochelle. Des poitevins migrent vers ces nouvelles colonies, notamment à partir de 1663, année où la Nouvelle-France devient colonie royale.

Le "Grand Dérangement"

Alors tout ne sera pas de tout repos. 1755, c'est l'année du "Grand dérangement". Cette année là, les acadiens sont chassés d'Acadie par les anglais. On ne sait trop que faire de ces immigrés. Le marquis Pérusse des Cars, seigneur de Monthoiron, fait venir 362 familles dans la Vienne en 1773 et 1774 sur la "Ligne acadienne", entre La Puye et Archigny.

Un échec programmé ?

Devant la difficulté à s'installer. La plupart quitteront le Poitou pour la Louisiane. Selon l'historien Damien Rouet, ces acadiens auraient tout fait pour que l'expérience tourne à l'échec. Parce que leur projet était de s'installer en Louisiane. Où les opportunités sont plus intéressantes : terres propices à l’élevage, vastes étendues relativement vierges. De plus, selon Damien Rouet : « Ils sont sensibles à l’idée de pouvoir reconstruire des familles écartelées par la déportation.»

Seules 25 familles, soit un peu plus de 150 personnes, sont restées chez nous.

Mots clés: