Replay du samedi 16 janvier 2021

Le crowdfarming : késako ?

Le crowdfarming, que l’on appelle aussi « agriculture participative », consiste à devenir acteur d’une agriculture raisonnée.

Crowdfarming
Crowdfarming © Radio France - Claire Charbonnel

En clair, c'est quoi le crowdfarming ? 

L’idée est simple :

  1. On « adopte » une chèvre (qui donnera du lait pour faire du fromage), un arbre (qui donnera des fruits), une poule (qui pondra des œufs), une vigne, (qui produira du vin), une rizière (pour avoir du riz), bref, tout ce qui se fait en termes d’agriculture !
  2. On laisse l’agriculteur et la nature faire leur travail ! 
  3. On reçoit le produit chez soi !

Pour le même résultat y'a les supermarchés... Alors ça sert à quoi de faire du crowdfarming ?

Les raisons sont nombreuses ! D’abord, l’agriculteur sait d’avance quelle quantité il doit produire. Il n’y a pas de surproduction, ce qui évite le gaspillage alimentaire (dans le monde, on jette chaque seconde 42 tonnes de nourriture). 

Ensuite, grâce à ça, l’agriculteur est assuré de vendre sa production (ou au minimum une partie) et ainsi il ne perd pas d’argent. D’autant que c’est lui qui fixe le prix.

Et pour le consommateur, où est le bénéfice ? 

Avec ce système, il n’y a pas d’intermédiaire. Le consommateur est sûr d’avoir des produits frais, de qualité et dont la grande majorité sont bio pour, au final, le même prix que dans le commerce !

Enfin, sachez que le « crowdfarming » c’est surtout et avant tout l’idée que chacun; l’agriculteur, le consommateur et la planète, soient heureux !

On retient quoi ?

Que le « crowdfarming » c’est un système très simple, qui permet de mettre directement en relation tous les acteurs de la consommation et d’améliorer la qualité de vie des consommateurs, des agriculteurs et de la planète !