Pop Story

Du lundi au vendredi à 16h40

Coluche à une soirée des Enfoirés pour les Restaurants du Cœur le 5 février 1986 à Paris.
Coluche à une soirée des Enfoirés pour les Restaurants du Cœur le 5 février 1986 à Paris. © Getty - Patrick AVENTURIER

"L’Auvergnat" par Les Enfoirés

Diffusion du jeudi 17 octobre 2019 Durée : 6min

On le sait, Georges Brassens a ses fans inconditionnels, qui, tels des disciples reprennent régulièrement ses chansons et ses textes.

En 2016 pour commémorer le 35éme anniversaire de la mort du poète à grosse moustache, Louis Chedid a préféré réunir quelques comédiens et comédiennes pour adapter à leur sauce les chansons de Brassens. Julie Depardieu, Karine Viard, François Morel, Jean Pierre Daroussin entre autres ont joué au chanteur tout comme Valérie Bonneton qui rend ce bel hommage à « L’auvergnat ».

George Brassens a écrit le premier couplet de « L’Auvergnat », pourtant réputé avare, pour le propriétaire du Bar des amis, un natif du Cantal chez qui il allait chercher son bois de chauffage. Brassens sans le sou se chauffait à crédit et avait chez son ami bougnat une sacrée ardoise. Parce que la chanson sort en 1954, on pense que Brassens s’est inspiré de l’appel aux dons de l’abbé Pierre, cet appel connu aujourd’hui sous le nom de « L’insurrection de la bonté », mais ce texte est dédié à ses généreux bienfaiteurs, Louis, Marcel ou Jeanne ceux qui l’on accueilli, nourri et chauffé. 

« L’auvergnat » reste comme une des plus célèbre des chansons de Brassens. Reprise par des centaines d’interprète comme Manu Dibango, cet hymne à la générosité simple et gratuite a fait plusieurs fois le tour du monde. « L’Auvergnat » est la chanson des années de galère.  De la planque chez Jeanne et Marcel pour fuir le STO en 1944, jusqu’au premier récital chez Patachou en 1952.  Un texte qui raconte la générosité de ces gens simples et modestes pour qui la solidarité n’a pas de prix, lorsque Jean jacques Goldman et la bande des enfoirés reprennent « L’Auvergnat » pour leur campagne de 1992, on se dit que l’histoire ne fait que se répéter. 

C’est à la radio en 1954 que L’abbé Pierre lance son appel à la générosité, c’est à la radio, encore, que Coluche, lance ses Restos du Cœur, au nez et à la barbe des politiques et des biens pensants...