Pop Story

Johnny Hallyday filmé lors d'un concert, en 1979, à Paris.
Johnny Hallyday filmé lors d'un concert, en 1979, à Paris. © Getty - Bernard CHARLON

L’histoire vraie de la « Gueule » de Johnny

Diffusion du vendredi 29 novembre 2019 Durée : 5min

Devenue un standard que réclame les fans lors des tournées de Johnny, « Ma Gueule » a eu droit à sa parodie.

La comédienne Alice Saprich a laissé le souvenir d’une grande dame, précieuse et distinguée. Imitée à la perfection par Thierry Le Luron, et très régulièrement moquée pour son grand âge, la grande dame se jouait de ces moqueries et excellait dans les rôles tragi-comiques au point de tenir la dragée haute aux stars de l’époque tels Louis de Funès ou Yves Montand. Saprich avait de la classe et cette sacrée gueule qui donna l’idée à un producteur de lui faire enregistrer une chanson tout en auto dérision.

Le texte est confié à Gilles Thibaut, déjà auteur pour Claude François et pour Johnny Hallyday, qui proposera quelques jours plus tard « Ma Gueule » à la comédienne qui, au final déclinera l’offre. Le disque ne se fait pas, mais le texte, lui, ressortira.

De Saprich à Johnny le texte de « Ma Gueule » a beaucoup évolué. L’idole chante pour la première fois la chanson sur la scène du pavillon de Paris au mois d’octobre 1979 lors de son show intergalactique « L’ange aux yeux de laser » et mis en scène par Bernard Lion.

Près de 300 000 fans assistent à ce concert et font un triomphe à « Ma Gueule » ce nouveau standard de Johnny et que reprendront bien plus tard les Enfoirés.

Devenue un standard que réclame les fans lors des tournées de Johnny, « Ma Gueule » a eu droit à sa parodie. Justement c’est Sim, une autre sacrée tronche du show biz, qui s’y colle déguisé en rocker de carnaval Perfecto et les trois poils sur son crâne lissés par une tonne de gomina.

Mai d’où vient cette phrase devenue une expression du langage courant ?

Un soir Gilles Thibaut rencontre Johnny chez Castel. En sortant un client fixe l’idole du regard, un regard si insistant que Johnny lui lance : « Quoi ma gueule, qu’est ce qu’elle a ma gueule ? » 

Rentré chez lui Gilles Thibaut se souvient de « Ma Gueule » ce texte écrit quelques années plus tôt pour Alice Saprich et l’adapte pour Johnny.

La chanson « Ma gueule » ne fait que relater l’incident de cette fin de soirée, à la sortie d’un haut lieu des nuits parisiennes.