Replay du vendredi 29 mai 2020

L’île aux hippies

« Wight is Wight » de Michel Delpech n’est pas une réponse au « Black is Black » ou « Noir c’est Noir » de Los Bravos sorti 3 ans plus tôt en 66 et repris en français par Johnny.

Michel Delpech au festival "Les Vieilles Charrues" à Carhaix, France le 24 juillet 2005.
Michel Delpech au festival "Les Vieilles Charrues" à Carhaix, France le 24 juillet 2005. © Getty - David LEFRANC

La chanson du p’tit gars de chez Laurette fait référence au festival Pop qui se tenait alors sur l’Île de Wight, un caillou planté au sud de l’Angleterre et où se sont rassemblés près de 600 000 hippies. Lors de l’édition de 1970. Pour l’album « J’étais un ange » enregistré en hommage à Michel Delpech, on a confié à Laurent Voulzy le soin de reprendre ce slow légendaire.

Michel Delpech a fait le pèlerinage sur l’île de Wight. Il est revenu exalté de cette aventure au point d’en faire une chanson qui célèbre à la fois les Hippies aux pieds nus, l’amour, la liberté et toutes ces bonnes choses que nous promettaient l’après 1968. Seul détail, mais qui a son importance, l’année où Delpech assiste au festival, Donovan n’est pas à l’affiche. Tant pis, Dylan, Donovan la rime est belle.

Mots clés: