Pop Story

Du lundi au vendredi à 16h40

Nick Van Eede le bassiste Colin Farley de Cutting Crew sur scène en 1987.
Nick Van Eede le bassiste Colin Farley de Cutting Crew sur scène en 1987. © Getty - David Redfern

« Mourir dans tes bras » selon Cutting Crew

Diffusion du mercredi 6 novembre 2019 Durée : 6min

Pop Story vos téléporte direct au cœur de la décennie 80 avec « Died in your arms » le tube colossal signé du groupe de Liverpool Cutting Crew.

Mais j’entends déjà les rires moqueurs de la génération éléctro, élevée dans le culte du DJ Superstar. La version de vos deux idoles David Guetta et Joachim Garreau n’est qu’un remix très vitaminée de la chanson pointée N°1 des ventes au mois d’août 1986. 

Chanter à l’infini « Ah je suis mort dans tes bras ce soir », a dû être un véritable calvaire pour le beau Jason Donovan mais il l'a fait. Lui si triste et si solitaire après que son amoureuse de l’époque, Kylie Minogue, l’ai un jour plaqué pour les bras bien plus musculeux de Michael Hutchense, rock star iconique et chanteur du groupe INSX.

Avec « Died in your arms » le groupe Cutting Crew offre à l’homme d’affaire et créateur de la maison de disques Virgin Richard Branson son premier N°1 aux Etats Unis. Un événement pour la marque et son très charismatique patron qui explose les budgets pour devancer les désirs de son nouveau groupe fétiche.

Enregistrement à New York, clips tournés en Australie, rien n’est trop beau pour célébrer le carton de cette chanson reprise aujourd’hui encore par les stars de l’industrie musicale et empruntée, récemment, par Mika pour son tube universel « Relax Take it easy ».

Nick van Eede auteur et chanteur du groupe Cutting Crew explique que son texte « Died in your arms tonight » est dédié à sa petite amie de l’époque qu’il retrouva après une année de break. Au petit matin, le crâne saturé de questions du genre fallait il ou pas replonger, il écrit ce texte en moins d’une heure et l’enregistre 3 jours plus tard.

Nick dit aussi s’être inspiré de l’expression française « Petite mort » qui désignait au XVIème siècle la syncope, l’étourdissement, l’évanouissement court que, sur un plan plus érotique, les contemporains d’Ambroise Paré médecin du roi, comparaient à l’orgasme.