Pop Story

Du lundi au vendredi à 16h40

De gaucche à droite, Ronnie Wood, Mick Jagger, Charlie Watts and Keith Richards des Rolling Stones sur la scène du ard Rock Stadium à Miami, le 30 août 2019.
De gaucche à droite, Ronnie Wood, Mick Jagger, Charlie Watts and Keith Richards des Rolling Stones sur la scène du ard Rock Stadium à Miami, le 30 août 2019. © Getty - Rich Fury

Rencontre à Memphis

Diffusion du vendredi 11 octobre 2019 Durée : 5min

« Honky Tonk Woman » la chanson qui ne s’adresse pas aux plus puritaines et puritains de ses fans.

Mais à cette fameuse tenancière de bar qui propose au chanteur  une passe à l’étage du dessus et héroïne de ce dernier 45 tours des Stones sorti dans les années 60. Cette Honky Tonk donnera à d’autres séducteurs tels Tom Jones l’envie de faire une virée dans ce genre de bastringues un peu crade et mal famé.

Parler à la fin des années 60, de drogue, d’alcool, de sexe et d’une prostituée croisée dans un bar de Memphis sans que la très vénérable BBC ne s’en offusque, tel est le talent d’auteur de Mick Jagger.

A coups de doubles sens et de sous entendus, le leader des Stones fait passer sous la barbe des censeurs de l’époque un texte chaud la braise écrit avec son comparse Keith Richards lors d’un séjour passé en famille au Brésil dans un Ranch du Matto Grasso.

Joe Cocker reprendra  plus tard ce titre (que vous pouvez écouter sur cette page) à sa façon. Nous avons également retrouvé, devinez quoi ? la version française signée de notre Johnny National. L’adaptation de Long Chris claudique un peu, et Johnny qui aime la musique qui vient de là qui vient du blues raconte que contrairement à Jagger qui lève sa Honky Tonk Woman dans un bar, c’est sur une route qu’il croise sa fée d’amuuur...

Sorti le 4 juillet 1969, le lendemain de la mort de Brian Jones, « Honky Tonk Woman » est aussi le dernier 45 tours des Stones Classé N°1 des deux côtés de l’Atlantique. Enregistré une première fois dans le style le plus pur du blues des années 30, « Honky Tonk » sera complétemment revu et boostée avec l’arrivée de Mick Taylor. 

Ce guitariste surdoué qui à quinze ans à peine remplace Eric Clapton au sein des Bluesbreakers apporte à ce titre la petite touche rugueuse qui fera de « Honky Tonk Woman » le riff le plus reproduit et copié par les guitaristes amateurs.