Replay du vendredi 26 juin 2020

Satire de notre société de consommation

Au milieu des années 50, Boris Vian écrit « La complainte du progrès » avec pour sous titre : « Les Arts Ménagers ».

Bernard Lavilliers en concert live au 'Paleo Festival de Nyon' le 25 juillet 2014 à Nyon, Suisse.
Bernard Lavilliers en concert live au 'Paleo Festival de Nyon' le 25 juillet 2014 à Nyon, Suisse. © Getty - Lionel Flusin

Cette énumération d’objets aussi indispensables qu’inutiles se moque du nouveau comportement des consommateurs avides de posséder toutes ces nouvelles babioles qui, au dire des publicitaires, vous rendront la vie plus facile.  Sincèrement, qui, aujourd’hui peut se passer d’une tourniquette, d’un bel aérateur ou d’un pistolet à gaufres ?

Après les 30 glorieuses et les débuts de la société de consommation moquée par Boris Vian, Bernard Lavilliers relance « La complainte du Progrès » au tout début de la décennie 80.

Certes nos besoins ne sont plus les mêmes, mais dans cette période plus individualiste, où le citoyen cherche à se distinguer par les biens matériels et par tout ce qu’il possède, une nouvelle frénésie gagne le consommateur...

Lavilliers, infatigable témoin de son époque reprend, comme un clin d’œil de l’histoire, cette satire de Boris Vian.

Mots clés: