Pop Story

The Bangles (de gauche à droite) : Debbi Peterson, Susanna Hoffs, Vicki Peterson, Michael Steele le 14 juin 1986 à Munich.
The Bangles (de gauche à droite) : Debbi Peterson, Susanna Hoffs, Vicki Peterson, Michael Steele le 14 juin 1986 à Munich. © Getty - picture alliance

Un jour mon Prince viendra se disaient les Bangles

Diffusion du lundi 25 novembre 2019 Durée : 5min

La chanson « Manic Monday » sortie en 86 et classée au sommet des charts des deux côtés de l’Atlantique est signée d’un certain Christopher.

Prince a repris pour son pseudo le nom du personnage qu’il interprète lui même et dans son propre film « Under the Sherry Moon ».

Christopher, un pianiste gigolo qui sévit sur la côte d’azur espérant séduire et dépouiller les richissimes héritières en mal d’amour et qui compose ce « Manic Monday » pour Appolonia 6 un trio de musiciennes, dont lui même Prince est producteur. Pour les fans la maquette enregistrée par Prince apparaîtra sur « Originals » l’album posthume édité au printemps 2019.

A l’écoute il est évident que cette chanson était, dès le départ destinée à une femme. Notamment à cause de la phrase « Je rêvais que j’embrassais Valentino » en référence à Rudolph Valentino le play boy ténébreux et star du cinéma muet.

C’est après avoir vu les Bangles sur scène à Los Angeles que Prince, sans doute troublé par le charme de la chanteuse Susanna Hoffs propose au groupe d’enregistrer « Manic Monday ».

Reprendre une chanson de la superstar est un sacré défi pour nos belles californiennes qui arrivent au studio complètement stressées. Stressées comme un lundi, qui est le jour le plus bruyant de la semaine, le plus angoissant, durant lequel se produisent le plus d’infarctus et donc, selon une enquête récente, détesté par 2/3 des personnes interrogées.