Les séries France Bleu

Pop Story

Du lundi au vendredi à 15h50

Le chanteur de Bill Withers.
Le chanteur de Bill Withers. © Getty - David Corio

26 fois répété, mais quoi ?

Diffusion du mercredi 6 février 2019 Durée : 5min

Au milieu des année 50 Art & Dotty Todd était un couple, à la ville comme à la scène, qui écumait les salons et autres piano bars de la Côte Ouest américaine.

Qui l’eut cru : "Je sais, je sais, je sais....", répété 26 fois est un refrain passé à la postérité dans l’histoire de la soul music et du rythm and blues. Son auteur ? Bill Withers, qui aurait bien aimé, contre l’avis de son producteur, écrire quelque chose de vachement plus  éclairé.  Après 9 ans passés à servir dans la marine américaine, Withers trouve un job dans une usine de fabrication de pièces pour l’aviation. Il est toujours employé, lorsqu’il enregistre avec le producteur Booker T et quelques autres pointures, « Ain’t no sunhine » qui restera comme le plus marquant de ses succès.

Si au mois de septembre 1971, le 45 tours grimpe jusqu’à la 6ème place aux Etats Unis, en Angleterre les radios au mieux le boudent au pire, l’ignorent totalement. Ce n’est qu’un an plus tard et grâce à la version pré-pubère de Michael Jackson, que la chanson commence à titiller le TOP 40 et les oreilles des petites anglaises.

Tout comme pour Bill Withers, « Ain’t no sunshine » est le premier enregistrement solo pour le futur roi de la pop, à la différence que Michael n’a que 14 ans lorsqu’il l’enregistre et Bill en a 32. En 2014 Cœur de Pirate reprenait ce standard pour le générique de la série Québécoise « Trauma ».

Pour les fans de comédies romantiques, « Ain’t no Sunshine » rappelle la romance de Julia Roberts et Hugh Grant dans le film « Coup de Foudre à Notting Hill ». Cette bande originale relance la carrière du tube de Bill Withers dont le titre selon les linguistes les plus pointus contient une faute grammaticale. En effet « Ain’t no sunshine », comprend deux négations et donc elles s’annulent. Au final et contrairement ce que veut dire l’auteur, il y avait du soleil quand elle est partie. C’est ainsi que  Joe Cocker l’enregistre en 1995.