Replay du lundi 29 octobre 2018

A chacun sa "madeleine", nous c'est "T'en vas pas"

Pop Story vous téléporte direct au cœur des années 80 lorsqu’Elsa, avec ses grands yeux bleus murmurait de sa voix douce « T’en vas pas ».

Elsa chez elle devant le courrier de ses fans. Nous sommes en 1987.
Elsa chez elle devant le courrier de ses fans. Nous sommes en 1987. © Getty - Georges Lunghini

3 décennies plus tard cette chanson tristounette à tendance dépressive n’a rien perdu de sa candeur et garantit encore, aux petits clous, un retour express en adolescence. Un extrait de « T’en vas pas » et les filles se retrouvent la frisette en bataille, vêtues d’un jean taille haute, d’un sweat XXL et d’une paire de baskets à paillettes, le look « lolitas » des années 80. N°1 du Top au mois de janvier 87, la chanson explose les chiffres de vente pour devenir l’hymne de toute une époque que l’on reprend et que l’on adapte toujours, comme l’a fait, en pleine vague techno, la star japonaise Tomoyo Harada.  

Elsa n’a que treize ans et huit mois lorsqu’elle déboule ans le TOP avec cette chanson composée par Romano Musumara le faiseur de tubes italien déjà N°1 avec « Johnny, Johnny » ou « En rouge et noir » pour Jeanne Mas et « L’ouragan » de Stéphanie.  Ce succès nous aura fait aussi un peu oublié que le refrain est à l’origine le générique du  Film de Régis Warnier « La femme de ma vie » avec Jane Birkin et Christophe Malavoy et dans lequel Elsa tient le rôle de la fille de ce couple tourmenté. C’était au mois de janvier 1987 et Elsa inaugurait l’année des Lolita du Top.

Mots clés: