Replay du vendredi 23 février 2018

Alain Souchon : Foule Sentimentale

Pop Story ressort de son armoire à tubes, la chanson française la plus titrée et awardisée de ces 30 dernières années, je veux parler de "Foule Sentimentale" d'Alain Souchon.

© Radio France

Sorti au mois d'octobre 93, ce titre qui se moque gentiment des petites vanités de ce bas monde, va très vite cumuler les honneurs, les récompenses du show biz et surtout la reconnaissance du public. Un quart de siècle plus tard Zaz et Christophe Maé, artistes issus de la nouvelle génération rendront, à leur manière, un très bel hommage à cette indestructible ritournelle.

« Foule Sentimentale » est une des rares chansons du plus ébouriffés de nos artistes français dont la musique ne soit pas signée Laurent Voulzy. D’ailleurs lorsque, timidement, Souchon fit écouter à son comparse ce refrain qu’il présenta modestement comme un petit refrain, Voulzy lui dit sans trop se tromper : "Alain tu tiens quelque chose".
Ce quelque chose sera peu de temps plus tard  N°1 de notre Top national et sacré chanson de l’année aux Victoires de la musique. Depuis les reprises et adaptations se succèdent comme cette version d’Ishtar, artiste israélienne, pétrie de culture orientale.
On ne va s’attarder ici sur toutes les reprises de cette foule sentimentale, adaptée, malaxée et souvent torturée sans pitié par tous les accrocs aux Karaoké ou candidats malheureux de télé crochet. On retiendra quelques versions exotiques ou assez inattendues comme « Pull Up on da Riddim de l’anglaise et chanteuse techno Mim’s, de Tao Sentimental du duo brésilien Bïa et surtout « historia Agapis » du Grec Fili Gia Panta.

« Foule sentimentale » est devenu aujourd’hui une expression du langage courant comme certaines grandes marques de voitures ou d’électroménager. C’était il y a un quart de siècle et déjà Souchon, en poète visionnaire, chantait le ras le bol de la toute puissance des médias et des icônes qu’il nous fabriquent.

En 93 on nous Claudia Schifférisait, on nous Paul loup Sulizerisait., bon c’était il y a 25 ans.

Mots clés: