Replay du lundi 22 octobre 2018

Amour, danse et violons

Au printemps 1963 et pour la toute première fois dans l’histoire de l’industrie musicale, une chanson française est classée N°1 aux Etats-Unis.

L'émission  'The View' célèbre le 25e anniversaire de 'Sister Act'.
L'émission 'The View' célèbre le 25e anniversaire de 'Sister Act'. © Getty - Paula Lobo

En effet « I will Follow him » interprétée par la toute jeune Little Peggy March est signée des chefs d’orchestre Paul Mauriat et Franck Pourcel sous leurs pseudonymes de Del Roma et J.W Stole. A l’origine cette chanson est une pièce instrumentale extraite de l’album « Amour Danse et Violons » sorti chez tous les bons disquaires l’année où Anquetil gagnait son deuxième tour de France et le Général de Gaulle inaugurait en Grande Pompe l’aérogare d’Orly en 1961.

Si la petite Peggy March exporte dans le monde entier la mélodie signée Franck Pourcel et Paul Mauriat, chez nous c’est Pétula Clark, la plus française des chanteuses britannique qui squatte les ondes encore nasillardes et en noir et blanc de l’antique RTF ou Radio, Télévision Française. Dans notre Hit Parade de l’année 1963 « I Will Follow him » est traduit par « Chariot », ce qui n’a aucun rapport.

Tout récemment Sergio Sylvestre un ex gagnant d’un télé crochet de la télévision italienne ressortait du tiroir aux souvenirs « I Will Follow him » de la chanteuse Little Peggy March. La voix tartinée de sucre et de miel, Sergio en mode crooner, smoking et nœud pap’ relance plus d’un demi siècle après la version originale, cette mélodie intemporelle.

Personne n’a oublié je pense, l’actrice Whoopi Goldberg dans le rôle d’une none incontrôlable et survoltée qui converti pour la bonne cause, tout un couvent aux rythmes endiablés des années 60. Dans la scène finale du film Sister Act, Whoopi Goldberg dirige la chorale de son Abbaye qui interprète pour la venue du pape Jean Paul II cette version iconique de « I will follow him ». L’occasion de rendre un vibrant hommage à nos chefs d’orchestre Paul Mauriat et Franck Pourcel.

Mots clés: