Les séries France Bleu

Pop Story

Du lundi au vendredi à 15h50

© Radio France

Bronski Beat : Small Town Boy

Diffusion du jeudi 14 juin 2018 Durée : 6min

Au milieu des paillettes qui ont fait nos années 80, Jimmy Somerville, un blondinet à la voix haut perchée raconte les persécutions dont est victime un jeune homosexuel, dans un petite ville d'Ecosse.

A une époque, pas si lointaine, ou l'homosexualité est encore  considérée, au mieux comme une maladie, ou pire comme une perversion, le 45 tours de Bronski Beat secoue les consciences. 20 ans après Somerville, Nicolas Sirkis et Indochine ont repris dans leur style "Small Town Boy". Quoi de plus normal pour Indochine de reprendre en 2003 "Small Town Boy" de Bronski Beat. Depuis ses débuts il y a plus de 30 ans, le groupe des frères Sirkis a toujours été en première ligne dans la lutte contre l'homophobie.

Dans un autre genre, la chanteuse anglaise Dido, a aussi enregistré une version très épurée de ce tube sorti en 1984. Premier témoignage des ravages causés par l'homophobie classé dans le TOP 40 anglais, "Small Town Boy" a fait prendre conscience à la génération 80 qu'il y avait urgence. En 84 faire son coming out n'est pas encore entré dans les mœurs et le SIDA est pour une grande majorité des gens, est une sorte de malédiction destinée à frapper homosexuels et drogués. En bonne militante Sharon Corr, violoniste et chanteuse du groupe The Corr a aussi repris ce premier 45 tours de Bronski Beat.

Contrairement à l'idée reçue, Bronki Beat n'a jamais été un "boys band" mais un groupe de trois jeunes homosexuels, prolétaires broyés par la politique de Margareth Thatcher. Jusqu'aux grévistes qui luttaient contre la fermeture annoncée des mines de charbon, "Small Town" témoigne aujourd’hui bien au delà de l'homophobie, de tous les malaises qui ont touché le Royaume-Uni, au milieu des années 80.