Les séries France Bleu

Pop Story

Du lundi au vendredi à 15h50

Le chanteur Plastic Bertrand signe des autographes chez un disquaire de Copenhague (Danemark) en 1979.
Le chanteur Plastic Bertrand signe des autographes chez un disquaire de Copenhague (Danemark) en 1979. © Getty - Jorgen Angel/Redferns

"Ça plane pour moi" aussi bouillonnant qu'une baraque à frites

Diffusion du mardi 11 juin 2019 Durée : 5min

Pour la bande originale de son film « Rock'n'roll » sorti en 2017, Guillaume Canet reprend « Ça plane pour moi » chanson enregistrée 40 ans plus tôt par Plastic Bertrand, un titre gravé en face B du 45 tours Pogo Pogo.

Accompagné de ses complices Maxim Nucci alias Yodelice et Mathieu Chedid, l’acteur nous ramène à l’époque des premières épingles à nourrice plantées dans les narines et de ce simili punk fabriqué en Belgique qui émoustillait, dans la télé de papa, la grande Danièle Gilbert.

En 1977 on nous a vendu « Ça plane pour moi » pour du punk à la française ou plutôt belge... Dans nos tubes cathodiques et sur les ondes de la radio très policées de Giscard, Plastic Bertrand est présenté comme un artiste subversif, incontrôlable et sa chanson une invitation au chaos... Pour effrayer un peu plus notre brave ménagère accros aux variétés du samedi, le groupe franco belge Elton Motello a dégoupillé une version anglaise : « Jet Boy Jet Girl ».

20 ans après les punks et alors que les disciples inconsolables pleurent la disparition de Kurt Cobain, le groupe grunge originaire de Seattle Président of United states of América, reprend dans sa version originale « Ça plane pour moi ».  Finalement entre ses deux enregistrements on est juste passé de l’accent bruxellois à celui de Washington, c’était il y a 40 ans.

Plastic Bertrand le cheveux gominé et aussi bouillonnant qu’une baraque à frites bondissait dans tous les sens en hurlant sur les plateaux télé « houhou houhou ça plane pour moi !!!! ». Seulement voilà pendant des années c’est surtout un doute qui a plané. Qui chante vraiment sur le disque ? Est ce le producteur et compositeur Lou De Prijk ou est ce  Plastic? La justice un jour a tranché en faveur du producteur, l’ami Bertrand confirmant dans une interview qu’il n’était même pas au studio le jour de l’enregistrement. Avant de se rétracter et de revenir sur son aveu. Peu importe 4 décennies plus tard « Ça plane pour moi » reste un tube indestructible et Plastic Bretrand, the King of the divan !