Les séries France Bleu

Pop Story

Du lundi au vendredi à 15h50

Le groupe Free au Fairfield Halls, Croydon, Londres, le 12 septembre 1972. De gauche à droite : Paul Kossoff (1950 - 1976), Simon Kirke, Paul Rodgers et Andy Fraser.
Le groupe Free au Fairfield Halls, Croydon, Londres, le 12 septembre 1972. De gauche à droite : Paul Kossoff (1950 - 1976), Simon Kirke, Paul Rodgers et Andy Fraser. © Getty - Michael Putland

De l'île de Wight à la terre entière

C’était il y a près d’un demi siècle, après un concert particulièrement raté, les membres du groupe Free se sont retrouvés, dépités, dans les loges.

Paul Rodgers qui est aujourd’hui classé parmi les 100 meilleurs chanteurs de rock de l’histoire glissa à ses potes « Il serait temps de muscler un peu notre répertoire et laisser  de côté nos slows et nos « morceaux de blues ». Ainsi est né dans les vestiaires d’un collège du nord de l’Angleterre « All Right Now » un des plus gros standard du XXème siècle.

Le chanteur du groupe Free Paul Rodgers qui accompagne aujourd’hui Brian May et Roger Taylor leurs hommages à Freddy Mercury raconte que « All Right Now » a explosé après leur passage sur la scène du festival de l’île de Wight. Jouée le 31 août 1970 devant plus de 600 000 personnes la chanson connaît un tel succès planétaire qu’elle passera à la radio toutes les 45 secondes, quelque part dans le monde.      

Depuis sa création il y a près de 50 ans on ne connait pas le nombre exact de publicités tournées avec « All right now ». Que se soit pour une marque de chewing gum, de produit laitier ou encore pour vanter le dernier modèle d’un énorme constructeur automobile. Sans compter nos icônes du rock comme Ringo Starr et ses all Star band par exemple qui ont inclus à leur répertoire ce morceau d’anthologie.        Le groupe Free ne s’est jamais vraiment remis du carton universel de sa chanson « All Right now ». 

En 1973 la bande se sépare officiellement après avoir vendu plus de 20 millions d’albums et laissé dans l’histoire du Rock un des titres les plus emblématiques dont le texte raconte l’histoire un peu banale d’un gars qui croise une fille dans la rue et l’invite chez lui pour faire autre chose qu’une partie de Candy Crush. Rod Stewart est aujourd’hui au club de ceux qui, un jour, ont également repris ce monument.