Les séries France Bleu

Pop Story

Du lundi au vendredi à 15h50

Michel Polnareff dans les années 1970
Michel Polnareff dans les années 1970 © Getty - GAMMA

Deux circonflexes pour une chanson

Diffusion du jeudi 18 avril 2019 Durée : 5min

Si la « Poupée qui fait non » a engendré en 1966 toute une tripotée d’appentis guitaristes, la chanson « Ame câline » fait croire à toute une génération qu’il suffit de suivre à la lettre la petite méthode rose devenir un virtuose "yéyé".

Devenue l’étalon du classico pop des années 60, la chanson est reprise 20 ans plus tard, par  l’ex chef de file du groupe Soft Cell Marc Almond.

Enregistrée à Londres avec quelques premiers prix de conservatoire, la version originale de Polnareff va très vite titiller l’oreille de quelques grands chefs d’orchestre de l’époque. Raymond Lefèvre icône des émissions de variétés de feu l’ORTF proposera dans la foulée cette version un poil plus pompeuse mais qui fera un carton partout dans le monde, surtout aux Etats Unis, sous le titre de « Soul Coaxing ».

Monsieur Raymond et son orchestre deviennent les ambassadeurs de cette mélodie composée par un jeune beatnik de Montmartre. C’est du tout cuit pour les producteurs américains qui profitent de l’aubaine pour relancer avec « If you loved me » la carrière d’une star très précoce : Peggy March. 

Avec ses premiers refrains Michel Polnareff bouscule les idoles yéyés et dépoussière la variétoche hexagonale. Non, dans les années 60 toutes nos vedettes n’allaient pas s’égosiller sur la scène du Golf Drouot ou twister sur les plages de Saint Tropez, certains préféraient se cloîtrer à Londres dans des studios entièrement dédié au Rock pour peaufiner de superbes petites merveilles.