Les séries France Bleu

Pop Story

Du lundi au vendredi à 15h50

Charles Trenet sur scène au Printemps de Bourges, le 24 avril 1987, dans le Cher.
Charles Trenet sur scène au Printemps de Bourges, le 24 avril 1987, dans le Cher. © Getty - Marc Tulane.

Golfes clairs et reflets d'argent

Diffusion du lundi 25 mars 2019 Durée : 5min

Contrairement à l’idée reçue, ce n’est pas la Méditerranée, aux golfes clairs et ses blancs moutons qui ont inspiré à Charles Trenet le thème de « La mer ».

Eh non ! C’est l’étang de Thau, une lagune occitane, coincée entre Sète et Marseillan, séparée de la grande bleue par une bande de sable célèbre aujourd’hui pour ses plages naturistes fréquentées par de farouches défenseurs du libre échange. Evidemment résumé comme ça, la bergère d’Azur que Trenet lui même qualifiait de pompeuse et rococo prend un sacré coup dans le couplet.

Pas convaincu par cette chanson qu’i compose en quelques minutes dans le tortillard  qui relie Montpellier à Perpignan, Trenet tente sa chance auprès de Suzy Solidor, vedette sulfureuse de l’époque qui lui dira : « Mon p’tit gars des chansons sur la mer j’en reçois des centaines par jour ». Le fidèle Roland Gerbeau enregistre donc une première version en 1946, version très vite adaptée aux Etats-Unis par Bobby Darin. « Beyound The Sea » reviendra au milieu des années 80 dans une énième mouture signée, cette fois, George Benson.

Standard universel de la chanson, l’œuvre de Trenet devient au fil des époques un classique incontournable adapté à peu près dans tous les styles musicaux. Surtout dans le jazz, où cette structure musicale revient si fréquemment que les musiciens l’ont baptisée, comme le squelette de nos classes de sciences-nat « Anatole ». 

Après l’ Electro, le jazz, le musette et la bonne chanson traditionnelle, « La mer » ou Beyond the sea » sera adaptée pour nos chères têtes blondes. Sollicité par les studios Disney, Robbie Williams viendra prêter sa voix aux aventures subaquatiques de Nemo, un petit poisson clown égaré dans l’immensité de l’Océan. On est bien loin de l’étang de Thau, lagune occitane dont la profondeur avoisine les 5 mètres et qui inspira Charles Trenet pour ce tube planétaire et intemporel.