Les séries France Bleu

Pop Story

Du lundi au vendredi à 15h50

© Radio France

Jane Birkin : Ces petits Riens

Diffusion du vendredi 8 juin 2018 Durée : 5min

Au mois d'octobre 1964, Serge Gainsbourg se cloître dans un studio du 13ème arrondissement de Paris pour l'enregistrement de "Percussions" son sixième album. C'était donc bien avant la naissance du métissage officiel de toutes les musiques.

Un style que les responsables marketing des maisons de disques ont baptisé la World Music. L'homme à la tête de choux s'est inspiré des percussions du nigérian Olatunji pour tailler quelques diamants sonores comme "Ces petits riens".

Cette composition perdue au milieu de titres tels que "Couleur Café" ou "Marabout", est loin d'être la chanson de Gainsbourg la plus connue, et pourtant, depuis un demi siècle on ne compte plus le nombre de ses interprètes.  Juliette Greco, Françoise Hardy, Stacey Kent, Angélique Kidjo et pour rajouter une petite touche de swing, Mademoiselle Zaz.

Finalement c'est aux femmes que cette chanson de mec va le mieux. Et pour la version anglaise, il fallait bien un Top model pour servir au mieux ce texte du grand Serge. Quand Carla Bruni adapte ce petit joyau égaré dans l'œuvre Gainsbourienne, forcément ça hérisse les poils des bras.

On le sait, Gainsbourg s'est très souvent inspiré de compositeurs classique : Beethoven, Chopin ou Brahms. Pour cette chanson, c'est à Mozart qu'il emprunte "Les petits riens" , titre d'un ballet pantomime que Wolfgang Amadeus écrit à Paris en 1778.

Lorsqu'il enregistre "Ces petits riens" dans un studio du 13ème, Jane Birkin est encore une toute jeune comédienne qui vient d'être retenue pour son premier rôle dans un film de Richard Lester.