Replay du jeudi 20 septembre 2018

Je suis ta Vénus, je suis ton feu, ton désir

« Je suis ta vénus, je suis ton feu, ton désir » ce vers enregistré comme par hasard en 69 année érotique, enflamme les pistes de danse au temps où les djeun’s se trémoussaient tout en dessinant avec les bras des cercles au dessus de leur tête.

le groupe Shocking Blue.
le groupe Shocking Blue. © Getty

Les ados de l’époque ont gardé des Shocking Blue le souvenir humide de la sensuelle et canonissime chanteuse Mariska Veres qui les foudroyait sur place avec son « Je suis ta Venus, je suis ton feu, je suis ton désir ». 

20 ans après la version originale des Shocking Blue « Venus » sera une nouvelle fois et grâce à Bananarama N°1 des ventes aux Etats Unis et un peu partout dans le monde. 

Cette production signée des trois magiciens de nos années 80, Stock Aitken Waterman corrige enfin le texte originel. Ecrit par des Hollandais et enregistré en Hollande personne n’a remarqué la bourde qui s’est glissée dans la première phrase « A Goddess on a mountain Top » en français « Une déesse au sommet de la montagne ». Dans la toute première mouture de 1969, la flamboyante Mariska chante a Goddness au lieu de Goddess, ce qui ne veut absolument rien dire, sinon une godasse au sommet de la montagne.

Mots clés: