Replay du jeudi 8 février 2018

Johnny Hallyday : Diego

Pinochet en Argentine, Général Banzer en Bolivie, Général Rodriguez en Equateur, autant de nom et de points sur la carte d’Amérique du Sud dont l’évocation fait encore froid dans le dos.

© Getty

Jusqu’au milieu des années 80 ce continent, où règnent toutes sortes de dictatures est le théâtre de répressions sanglantes et d’emprisonnements arbitraires. Un chaos qui inspire à Michel Berger la chanson « Diego libre dans sa tête » et que France Gall enregistre en 1981.

Ah les années 80... Au milieu des bubules, des paillettes et dans l’avalanche de fluo, des chanteurs engagés osaient dénoncer, le poing rageur, les injustices .

On chante pour la paix dans le monde, contre la famine en Ethiopie, pour les restos du cœur, touche pas à mon pote, et plus tard, pour la libération de Nelson Mandela.

C’est en live, dans la chaleur de Bercy en 90 que Johnny interprète pour la première fois « Diego libre dans sa tête ». Ce qui n’était qu’un clin d’œil au compositeur de « Quelque chose de Tennessee », Diego deviendra, au décès de Michel Berger deux ans plus tard, un moment indispensable et particulièrement émouvant que réclameront les fans de l'idole.

Chronique disponible sur cette page, via le player, à droite du logo Pop Story.

Mots clés: