Replay du mardi 25 septembre 2018

"L’Amérique" ou "Yellow River " ? Les deux !

Pop Story vous invite à descendre le cours de la rivière jaune, The Yellow River.

 Photo du groupe de rock anglais Christie vers 1970. Jeff Christie, Mike Blakley et Vic Elmes.
Photo du groupe de rock anglais Christie vers 1970. Jeff Christie, Mike Blakley et Vic Elmes. © Getty

A la fin des années 60 le jeune auteur compositeur et chef d’orchestre Jeff Christie confie au groupe anglais The Tremoloes le soin d’enregistrer sa chanson « Yellow River » choisie comme face A de son prochain 45 tours. 

Mais après quelques hésitations et palabres le groupe préfère miser sur un truc plus psychédélique reléguant en fond d’album « Yellow River ». Il faut savoir que The Tremoloes a marqué bien involontairement l’histoire de l’industrie musicale. En effet quelques années plus tôt, un jeune directeur artistique de la maison de disque Decca a préféré signer un contrat au Tremoloes plutôt qu’à un autre jeune groupe inconnu, venu de Liverpool : Les Beatles. 

Chez nous la Rivière Jaune devient, avec notre ami Joe Dassin, l’Amérique et grimpe au sommet des hit parades. « L’Amérique » ou « Yellow River » s’est fondu aujourd’hui dans le décor de nos années 70 entre le col d’une chemise taillé façon pelle à tarte et un pantalon lamé à paillettes bien moulé à la taille et démesurément large aux chevilles. 

« Yellow River » raconte l’histoire d’un soldat qui retrouve son foyer après la guerre de sécession. Mais sortie en 1970, alors que Richard Nixon entame le retrait des troupes du Vietnam, la version des Christie enregistrée après celle des Tremoloes, est associé, en Amérique, au retour des premiers conscrits. En quelques mois, « Yellow River » sera N°1 dans 26 pays.

Mots clés: