Replay du mardi 18 décembre 2018

L’eau vive court toujours

"Ma petite est comme l’eau, elle est comme l’eau vive..." Tout le monde ou presque a fredonné un jour le premier vers de cette berceuse signée Guy Béart.

Portrait du chanteur de reggae français Pierpoljak en avril 2000 à Londres, Royaume-Uni.
Portrait du chanteur de reggae français Pierpoljak en avril 2000 à Londres, Royaume-Uni. © Getty - Eric CATARINA

En 1958 on a confié à notre compositeur et faiseur de chansons le soin d’écrire la musique du film « L’eau Vive » de François Villiers d’après un scénario de Jean Giono et dont l’action se déroule dans la vallée de la Durance. 

A l’époque, ce coin de Provence est totalement bouleversé par la construction du barrage Serre -Ponçon. L’eau Vive, c’est Hortense, le personnage principal de ce film. Une jeune fille belle et riche que convoitent tous les mâles de la vallée. Mais notre héroïne très attachée à ce pays peuplé de gens fiers et rudes préférera toujours rester aussi libre que la Durance cette rivière de Provence chère à Jean Giono. Dalida, adaptera, pour l’Italie, ce joli texte de Guy Béart.

De générique de film au patrimoine de la chanson française, « L’eau Vive » a fait un petit détour par l’école communale. Depuis sa création en 1958, ce refrain est un des touts premiers que les petits n’enfants ânonnent en classe, accompagnés à la guitare par leur instituteur, fier de montrer qu’il connaît au moins ces trois accords.  La chorale d’enfants de Bois d’Arcy « L’eau Vive ».

Comme ceux de la chorale de Bois d’Arcy, tous les enfants ont un jour fredonné « L’eau Vive ». Au grand dam de certains qui ont décelé dans cette berceuse à priori inoffensive, quelques allusions d’ordre sexuel. Car comparer une jeune ingénue à l’eau d’une rivière impétueuse, qui se roule dans le thym, le laurier et le serpolet, est forcément une image d’un érotisme torride. Malgré tout, depuis 60 ans l’eau vive court toujours et comme le chante notre rasta Pierpoljack, personne ne la rattrape sauf peut-être nos souvenirs d’enfance.

Mots clés: