Les séries France Bleu

Pop Story

Du lundi au vendredi à 15h50

Le duo Tears for Fears dans les années 1980.
Le duo Tears for Fears dans les années 1980. © Getty - Virginia Turbett

Le tube inattendu pour Tears For Fears

Diffusion du mercredi 12 juin 2019 Durée : 5min

Pop Story vous invite au cœur même des années 80 avec la chanson « Everybody wants to rule the world ».

Ah... Diriger le monde. C’était un thème récurent dans cette décennie que l’on dit aujourd’hui dédiée au fric et au pouvoir. C’était l’époque des golden boys superstars et des marchés surpuissants. Ce texte repris récemment par le groupe californien Weezer nous replonge les deux pieds dans le fluo et les paillettes quand les prédicateurs venaient à la télé pour vanter la réussite et l’ambition et si possible dominer le monde.

« Wall Street », « Le Liquidateur », « Un fauteuil pour deux » même le cinéma dénonce l’arrogance de la finance et de ses serviteurs zélés prêts à tout sacrifier pour quelques dollars de profit. C’est la fin des rêves de la génération 68, des hippies, et de cette liberté de pouvoir se cacher un peu sans que la sonnerie d’un mail, d’un SMS ou d’un smartphone ne vous localisent en quelques secondes, Big Brother n’est plus tout à fait un fantasme et Robbie Williams reprend « Everybody wants to rule the world ».

35 ans après sa création cette chanson de « Tears for fears » que l’on retrouve pointée N°1 des deux cotés de l’Atlantique n’a cessé d’être reprise et adaptée pour le cinéma et la publicité. Dans un style très différent, la grande prêtresse de la pop Patti Smith l’a aussi adapté pour son album consacré aux reprises de ses douze chansons préférées au monde.

Cette chanson est un peu le tube inattendu pour Tears Fo Fears.  Alors que le duo et la production ramaient pour terminer dans les temps le titre « Shout », le guitariste Roland Orzabal gratta deux accords de guitare. Ces deux accords qui deviendront « Everybody wants to rule the world » et que le groupe, comme touché par la grâce boucle en quelques heures seulement. C’est cette chanson sacrée aux Brit Awards 85 qui, au final, lancera l’album « Songs from the big chair ». Et aux dernières nouvelles, 35 ans plus tard, il y a toujours autant d’allumés qui rêvent de dominer le monde.