Les séries France Bleu

Pop Story

Du lundi au vendredi à 15h50

The Belle Stars aux British Rock and Pop Awards à Londres le 21 février 1984.
The Belle Stars aux British Rock and Pop Awards à Londres le 21 février 1984. © Getty - Michaël Putland

Mardi gras à la Nouvelle-Orléans

Diffusion du lundi 5 novembre 2018 Durée : 6min

Avec la chanson Iko Iko, Pop Story vous invite à fêter Mardi gras à la Nouvelle Orléans.

Avec son côté, musique tribale et son texte jugé incompréhensible par les profanes, ce classique est le genre de refrain qui hante nos Tops et nos Hits parades depuis plus d’un demi siècle. Au milieu de la décennie 80, par exemple, Cindy Lauper l’avait adapté dans son style fun et déluré. 

A l’origine « Iko, Iko » est inspiré des « battles » musicales que se livraient les tribus d’indiens lors des fêtes de Mardi gras à la Nouvelle-Orléans. Alors que d’un côté on s’égosillait en hurlant en signe de victoire « Iko Iko » en face on répondait par « Jak o mo feen a way » le cri du guerrier lancé sur le champ de bataille. Mais sur cette interprétation les linguistes les plus distingués ont émis plusieurs hypothèses. Bref, c’est au tout début des années 50 que le tromboniste local James Crawford enregistre une première version de « Jak O Mo »  qui deviendra « Iko Iko » quinze ans plus tard avec le groupe Dixie Cups.

Les Dixie Cups est un trio de filles de la Nouvelle-Orléans soutenu par l’inévitable Phil Spector et abonné aux hits parades du milieu des années 60. On raconte que cette version est une improvisation que nos artistes ont enregistrée un soir, dans un studio déserté par tout le personnel, en tapant sur une chaise, une table, des cendriers et tout ce qui leur tombait sous la main. 

Mais c’est avec les Belle Stars, un groupe d’anglaises vêtues de paillettes et complètement incontrôlables,  que « Iko Iko » devient un tube planétaire. Sortie en 82, cette version accompagnera quelques temps plus tard le périple de Tom Cruise et Dustin Hoffman dans le film Rainman.