Replay du jeudi 15 février 2018

Matt Bianco : Yeh Yeh

Pop Story vous propose de revenir sur un tube invisible. Un tube invisible, c’est ce genre de truc que vous sifflotez sous la douche en ignorant et son titre et son interprète. Une mélodie intemporelle que vous croyez connaître depuis la nuit des temps comme par exemple. "Yeh Yeh".

© Radio France

Cette chanson ne vous dit rien et pourtant. Enregistrée une première fois en 1963 par le percussionniste Cubain Mongo Santamaria, cette bossa- merengue latino au refrain de plus entêtants, fait tendre l’oreille à tous les producteurs à la recherche d’un tube imparable pour lancer la carrière de leurs jeunes vedettes. Et ça tombe bien, un chasseur de talents a croisé dans un club de Londres, un jeune pianiste et organiste, belle gueule,  hyperdoué, qui malgré ses 20 ans a déjà joué avec une pléiade de stars du calibre d’Eddie Cochran... On choisit pour lui son nom de scène : Georgie Fame.   

Et c’est Georgie Fame avec « Yeh Yeh » en 1965 qui détrône, enfin, les Beatles de la première place du Top 40 anglais. Et maintenant, je sens déjà frétiller les ex yéyés de l’époque et fans de Cloclo. Oui les copains, c’est bien Claude François qui se colle à la version française de ce N°1 planétaire. Et ça donne dans nos Hits Parades « Alors Salut ». 

Vous avez raison les petits clous, cette rengaine intemporelle n’est pas totalement inconnue des ados de nos années 80.  « Yeh Yeh » a bien été classé dans notre TOP national au mois de janvier 86 avec cette version un poil délurée du groupe Matt Bianco et de sa sublime chanteuse polonaise Basia Tretreslewzka.

Mots clés: