Les séries France Bleu

Pop Story

Du lundi au vendredi à 15h50

De gauche à droite Hugh Cornwell, Jet Black, Jean Jacques Burnel et Dave Greenfield forment The Stranglers.
De gauche à droite Hugh Cornwell, Jet Black, Jean Jacques Burnel et Dave Greenfield forment The Stranglers. © Getty - Ian Tyas

Mystère au bout des larmes

Diffusion du lundi 14 janvier 2019 Durée : 5min

Pop Story vous plonge en plein mystère.

Dans les hits parades américains de ce 29 octobre 1966, pointe à la première place le très énigmatique « Question mark and the Mysterians », un groupe originaire du Michigan et formé de jeunes immigrés mexicains. Pendant près de 40 ans nous ne saurons presque rien de son cachottier de chanteur à lunettes noires et baptisé Monsieur Point d’interrogation. 

Comme le sens de son titre d’ailleurs « 96 larmes » mais pourquoi 96 ? Au tout début des années 60 nos jeunes musiciens se produisent dans les soirées étudiantes sous le nom X,Y,Z et point d’interrogation, jusqu’à ce qu’un ami leur conseille de trouver un vrai nom de groupe. Ça tombe bien, la veille la télé a diffusé « The Mysterians » un film de science fiction japonais de série Z et traduit chez nous par « La Prisonnière des Martiens ». Le groupe a désormais un nom, mais, Rudy Martinez le chanteur préfère garder son pseudo Point Interrogation.

Le succès de leur tube, lui ne fait plus aucun mystère et partout dans le monde, les versions de « 96 Tears », comme celle d’Aretha Franklin vont inonder les charts et les hits parades.

Dans cet esprit de professionnalisme poussé à l’extrême, les fins limiers de Pop Story ont dû se rendre au Canada pour retrouver la trace de la version française de ce tube planétaire. Le groupe s’appelle les Démonaires, leur 45 tours « Ne me dis rien » date de 1967.

A l’origine la quantité de larmes se limitait à 69, mais aux états unis, comme dans le reste du monde, ce nombre illustre quelque chose de plus. Bref je ne vais pas vous faire un dessin. Alors pourquoi 96 ? Rudy Martinez l’auteur et chanteur, sans trop expliquer pourquoi dit que, pour lui, ce nombre a un symbole philosophique très personnel. Pour la génération TOP, les Stranglers ressortent un demi siècle après sa création, ce tube pointé N°1 aux Etats Unis au mois d’Octobre 1966.