Replay du jeudi 25 octobre 2018

Ode au nomade et vagabond

S’exiler à Berlin pour échapper à ses démons n’est peut être pas la meilleure des solutions. Comment pensez-vous ?

Siouxie and the Banshees.
Siouxie and the Banshees. © Getty - Michael Ochs Archives

Mais c’est ici, en plein mitan des années 70 que David Bowie victime consentante de tous ses excès et son pote Iggy Pop à peine sorti d’un an d’internement en Hôpital psychiatrique, enregistrent l’album « Lust for Life » dans lequel s’est glissé « The Passenger ». C’est au cours de ses virées à bord du SBahn, le TER berlinois,  qu’Iggy compose cette ode au passager, au nomade et au vagabond.

De ces semaines passées à Berlin, Iggy Pop retiendra surtout que c’est lui qui se tapait le ménage de l’appartement qu’il partageait avec Bowie. Une sorte de squat où se retrouvaient tous les jeudis soirs, SDF et  amis de passage, pour suivre un nouvel épisode de Starsky et Hutch. Chez nous l’ex prof de philo et chanteur de Kat Onoma (Rodolphe Burger) a, dès le début de la décennie 90 rendu un vibrant hommage à ce monument de la pop culture. 

Depuis sa sortie en 1977 en face B du 45 tours, on a du mal à lister toutes les reprises du « Passenger » d’Iggy Pop. Parmi les plus célèbres, on retrouve une publicité pour une marque de voitures japonaises et surtout cette version inoubliable que Michael Hutchence enregistre pour le film « Batman Forever » de Tim Burton.  En langage musicos, on appelle ça une tournerie, quatre accords de guitare joués en boucle et sur lesquels David Bowie, en choriste de luxe soutien son ami l’iguane. Cette chanson reviendra hanter nos années TOP avec la reprise de Siouxie and the Banshies, un groupe londonien et dernier rescapé de la grande époque Punk.

Mots clés: