Replay du lundi 27 avril 2020

Balade de Los Angeles à San Francisco

- Mis à jour le

Il fut une époque, pas si lointaine, où le troubadour chevelu, la guitare en bandoulière égrenait sur les plateaux Télé de jolis refrains vaporeux. De douces rêveries baba cools qui donnaient, aux fans, l’envie de découvrir des contrées du bout du monde.

Nicolas Peyrac à "Vivement Dimanche"  émission Tv du 20 décembre 2006.
Nicolas Peyrac à "Vivement Dimanche" émission Tv du 20 décembre 2006. © Getty - Serge BENHAMOU

Un peu comme la complainte du jeune Nicolas Peyrac. Elle proposait à ses fans de faire un petit détour sur la côte ouest américaine, et dans une ambiance un poil mélancolique quand même, un voyage express quelque part entre Los Angeles et San Francisco.

A moins de vivre sur une planète très éloignée de notre système solaire, personne ne pouvait échapper, au cours de cet été 75, au succès de Nicolas Peyrac. Après quelques échecs, ce 45 tours de la dernière chance a sauvé la carrière de ce fils de médecins qui, après avoir passé 6 ans sur les banc de la fac pensant marcher sur les traces de papa maman, décide de tout plaquer pour se consacrer au dur métier de vedette de la chanson. De son côté, Gilbert Bécaud, rigolard, enregistre dans la foulée du N°1 de nos hits parades le très taquin « So far Away from Courbevoie ».

Quarante ans après ce clin d’œil de Gibert Bécaud, on retrouve « So Far Away from LA » classé parmi les classiques de la chanson française. Un classique qui inspire aujourd’hui certains rappeurs comme Karlito dont le titre « Chienne de Vie » emprunte, sans vergogne, les accords de guitare folk enregistrés en 1975 par Nicolas Peyrac;

Pour son album de reprises très justement baptisé « Folk », Nolwenn Leroy a dégoté au fin fond de la discothèque familiale quelques tubes, certes, un peu oubliés, mais toujours aussi mélancoliques. Très attachée aux ambiances ouatées des soirées au coin du feu, notre ex gagnante de la Star Ac, en mode routard des années 70, rend un très bel hommage à ce titre immuable de Nicolas Peyrac.

Mots clés: